B831930fe606200c41716e4a52d394e55556cd16
95409483ed0edc7d6858877ff3bd88e0fb4dd054
Adeec25831ac96f35f65c1dce7b401365b1c9316
Fd25ff1338128437fc3c95fd7b73640dd1655742
Fermer
cinéma

Un beau dimanche

867ec3bc999ce1e07409557dfcdd81ce50025ed9

Instituteur remplaçant, Baptiste va de poste en poste jamais vraiment désireux de poser définitivement ses valises quelque part, même quand ce vendredi-là le chef de son établissement lui propose un poste plus définitif. Intrigué par Mathias qui traîne autour de l'école, il comprend que personne n'est venu le chercher et décide de le reconduire chez lui. Après avoir fait la connaissance d'un ère qui ne peut s'en occuper, il propose de garder Mathias avant de le reconduire chez sa mère. Lorsqu'il la rencontre, quelque chose se passe entre les deux adultes. Avec Mathias et sa mère des liens se créent pour lesquels Baptiste est prêt à faire une chose qu'il s'était juré de ne pas faire : retourner voir les siens.

Nicole Garcia sait construire un récit, c'est indéniable. La découverte progressive de ses personnages en dit long sur le soin apporté à la manière de les intégrer au film et au parcours de Baptiste duquel tout part. A ce titre, Un beau dimanche constitue une indéniable réussite. En revanche, lorsqu'il faut mettre en scène le jeu des corps, la réalisatrice se montre moins percutante, moins à l'aise dans ses cadrages. Pour autant, cela ne gâche rien au propos du film et à la rencontre entre Pierre Rochefort et Louise Bourgoin. Pour une fois, cette dernière fait preuve d'un vrai talent pour la comédie en incarnant une mère de famille dépassée et elle-même surprise de ce qu'il lui arrive. Nicole Garcia, observatrice des comportements film l'ensemble sans jamais laisser la sensiblerie prendre le dessus. Humain et juste, son film s'en ressent fortement, même s'il manque peut-être une réalisation plus aboutie et une toile de fond plus soignée.

Publié le 05/02/2014 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma