8a87fd6ae37bcd6b9f692697eff9a70a9464c842
62062b15a71b3ca76a91f970ebf7cebb82ab4e3b
De894b80fc83aab295e10809b5908e2e9e5041f8
480cf94e9d3b86c5bc3100795799a07714a1505f
Fermer
cinéma

Lescop

0d32e7d2b25daa6823df965247c7f272be8cc7f1
Après le succès phénoménal de son titre « La Forêt », Lescop a pris le maquis pour emprunter des chemins moins balisés. A nouveau, il sort du bois.

 

On l’avait laissé fuir, presque couler. Passer le coup de cœur pour sa pop au beurre noire, le coup de mou d’un second album paressant lui échapper. Et puis il revient et on sait que les come-back des déchus sont souvent magnifiques. Les sombres étoiles d’Alain Bashung, Daniel Darc et Lou Reed ont tournoyé pendant le KO. Pas de rédemption avec l’album « Rêve parti », mais comme une réappropriation qui passe par la collaboration avec Thibault Frisoni (Bertrand Belin) et Ash Workman (Baxter Dury) à la production. Moins millésimé new-wave à la française, Lescop s’affranchit des références tout en s’épanouissant à l’ombre des Bertrand Belin et Etienne Daho. Une variété moderne et ambitieuse, conjuguant la chanson française sur des déclinaisons pop anglo-saxonnes.

Publié le 26/03/2024 Auteur : Bertrand Lanciaux

 

Vendredi 29 mars, 20h, 11-19€. Le Grand Mix, 5 place Notre Dame, Tourcoing

www.legrandmix.com


Mots clés :