21da3423b77360d25209ef7a47f51d109d57014b
Ce8bb79680069900c99dfaa259b72db4b91fc83d
6da5c198edc8cbafe38c0d3a63f13d6328396f5f
77d98cb73970bb1be23793ae78286359bce47569
3d57c40348bd35ba110357432575095ec9df94d4
C4867e36b96e676242090523c5beb25bcbdc5ecb
A49fab7339698b26932844f30dd97314294a32f3
D1569a529ccb65bf38b2f34a6501926586d18d99
Fermer
cinéma

Carnivores

Ec742c9d09c753858395a2d9182f1379473a3c04
Depuis toujours Mona rêve de devenir comédienne. Un rêve que Sam, sa sœur cadette a accompli avant elle. Alors que Mona vient s'installer dans l'appartement que Sam partage avec son fils et l'homme de sa vie, elle découvre une Sam confrontée à un rôle difficile. Pour l'aider, Mona prend de plus en plus de place... jusqu'au jour où Sam, épuisée, craque.

Thriller soigné, Carnivores, première réalisation des deux frères Rénier, n'est pas sans évoquer d'écho avec le parcours des réalisateurs : Jérémie, le cadet, s'est fait un nom devant la caméra avant son frère. D'abord tentés par l'idée d'évoquer cette situation par le biais de la comédie, c'est le thriller qui finira par s'imposer. Au fil de cadres soignés et glaçants, le film dessine une tragédie moderne... mais prévisible. Pour bien réalisée qu'elle soit, l'histoire souffre de déséquilibres : devant la caméra, c'est clairement Mona qui se taille la part du lion à l'écran, laissant à sa sœur (incarnée par une Zita Hanrot plutôt très bien) une portion forcément congrue et un rôle plus ingrat... qui laisse hélas trop présumer du final. Reste que le nouveau duo du cinéma belge démontre un joli savoir-faire et une belle attention à l'image.

Publié le 28/03/2018 Auteur : Guillaume B.

 

Thriller efficace et étouffant, Carnivores, appuyé sur une réalisation soignée souffre d'un déséquilibre narratif qui nuit un peu à son suspense. Un premier film qui reste néanmoins convaincant et prometteur.


Mots clés : thriller drame