B831930fe606200c41716e4a52d394e55556cd16
95409483ed0edc7d6858877ff3bd88e0fb4dd054
Adeec25831ac96f35f65c1dce7b401365b1c9316
Fd25ff1338128437fc3c95fd7b73640dd1655742
Fermer
cinéma

Good Morning England

D364a6e61a8677399ad58cebd626db020c125afb

1966, la BBC, seule radio britannique ne diffuse sur ses ondes que 45 minutes de musique pop par jour. Une situation qui ne satisfait pas vraiment les sujets de sa gracieuse majesté qui préfèrent écouter en masse des radios pirates installés en Mer du Nord, lesquelles diffusent du rock à longueur de journée. Renvoyé de son lycée, c'est à bord du navire de Radio Rock que le jeune Carl  est envoyé rejoindre son parrain, directeur de la station. Sur place, il fait connaissance avec une équipe d'animateurs aussi passionnés que hauts en couleurs. Mais le gouvernement britannique n'entend pas laisser ces radios émettre sans réagir.

Plus qu'une comédie par ailleurs pas trop mal menée, Good Morning England (The boat that rocked en VO) se veut surtout le portrait d'une époque et d'une génération habitée par la musique, rock'n roll. D'une réalité historique, Richard Curtis, rompu aux comédies british (Love Actually) tire un film porté par une musique omniprésente, celle que découvrait au coeur des années 60 des auditeurs ébahis, entre les Stones, Janis Joplin, Jimi Hendrix ou Leonard Cohen. Tout cela ne serait pourtant rien sans l'intelligence d'un casting qui donne corps à une bande d'animateurs déglingués à la douce folie contagieuse menés par un Philip Seymour Hoffman très en forme. Les blagues, les rencontres ou les duels se font en musique (drôle de scène d'escalade sur les notes d'Ennio Morricone) et si on devine rapidement vers quoi navigue ce navire, on n'en prend pas moins un plaisir contagieux à suivre les péripéties auxquelles est confrontée cette bande de zigotos nourris au rock'n roll. De quoi distiller des sourires en pagaille.

Publié le 05/05/2009 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma