5241212bc34622b285f2f2f0aad627741689565d
7cf72ec6d276ef20edb51147ab6bd3521213b456
244d4e3c8db3c1fd058e8d6a49ec44b1bfe5bf51
7987f82461e5aec341b3e06942fba343ec1b39a1
Fermer
cinéma

Batman, The Dark Knight

8c109c4b156e0134149fbea22b38058acbde2e3f

Gotham City, après des années de corruption, est en passe d'être libérée des criminels qui ont longtemps hanté ses rues. Alors que Batman achève de mettre hors d'état de nuire les derniers malfaisants avec l'aide du procureur Harvey Dent et du policier Jim Gordon, une ombre nouvelle s'étend dans les rues de la ville : le Joker et sa clique mettent Gotham à feu et à sang laissant augurer d'un duel acharné avec le justicier de la nuit.

Difficile dans le foisonnement actuel de films consacrés aux super-héros américains et à leur mythologie de toujours s'y retrouver, rares étant les cinéastes capables d'élever leurs films au delà d'un affrontement manichéen, costumé, répétitif et prévisible. Après avoir remis à zéro l'univers du chevalier noir dans un Batman begins qui avait le mérite de dépouiller le personnage imaginé par Bob Kane des oripeaux outranciers et clinquants dont l'avaient affublé Joel Schumacher, Nolan s'attaque donc à un nouveau chapitre qui culmine dans le duel entre Batman et sa némésis brindezingue incarné par un Heath Ledger qui brûle littéralement la pellicule. Aussi inoubliable en monstre déglingué que Jack Nicholson l'était en clown tragique dans la version de Tim Burton il accapare une grande partie de ses scènes sans pour autant que l'ensemble du film ne s'en ressente trop. Car Nolan, loin de se contenter d'un cheminement téléphoné aime prendre son temps pour installer récit et personnages, il jalonne son film de climax successifs et joue avec son héros et son spectateur comme un bon auteur le ferait de ses lecteurs. Sans rien renier l'efficacité de scènes d'actions réussies, il n'oublie pas non plus de conférer une réelle profondeur psychologique à ses personnages et ce sans qu'aucun ne tire trop la couverture à lui. Dans cet équilibre subtilement installé, il signe un film qui déborde son caractère super-héroïque pour frôler le grand cinéma. Un bel exploit pour pareille superproduction.

Publié le 08/08/2008 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma