A01f0520af447b9485f21c05b8306e85b5d447ab
7a88bca562ae993842f6dd61418d9343a858fde7
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
F23870c3362e19e106db25438480f588e1994605
629ed55463580e381991c019e3540917fa6f1e80
Fermer
loisirs

Visite guidée - Robert Lotiron : La poésie du quotidien

Visite guidée - Robert Lotiron : La poésie du quotidien (2022)
Chaque samedi à 16h, la Piscine propose une visite guidée de l'exposition temporaire en cours.

Suite aux récentes donations consenties par la famille de l’artiste et Élisabeth et Jacques Foucart, La Piscine a souhaité consacrer une rétrospective au peintre et graveur indépendant Robert Lotiron (1886-1966), représentant fondamental de l’art figuratif de l’entre-deux-guerres et artiste peintre investi dans le mouvement de renouveau des arts décoratifs dans les années 1930 et 1940 auquel s’intéresse particulièrement le musée de Roubaix. Né à Paris, ce dernier voit sa vocation de peintre se dessiner très jeune suite à la découverte de la collection de tableaux impressionnistes du Docteur Viau, dentiste de la famille. Son père le destinant à la reprise de son négoce de dentelles, il effectue, sans engouement, des études en Angleterre de 1901 à 1903. Cependant, dès son retour à Paris, il s’inscrit à l’Académie Julian où il fréquente l’atelier de Jules Lefèbvre et se lie d’amitié avec Roger de La Fresnaye (1885-1925) et Louis Marcousis (1878-1941). D’abord influencé par l’impressionnisme, Robert Lotiron adhère brièvement au cubisme qui marque sa maturité avec l’expression d’une forte synthèse des formes. Son style s’affirme à partir des années 1920 dans une combinaison toute personnelle qui mêle le souvenir de la sincérité ingénue du Douanier Rousseau, le sens de la composition, de l’opposition des formes et du rythme des couleurs hérités de Cézanne et une palette restreinte mais riche de subtiles nuances. Pendant l’entre-deux-guerres, il s’inscrit dans un groupe d’artistes qu’exposent successivement les galeries Berthe Weill et Druet. Lotiron s’impose alors comme l’un des paysagistes les plus en vue de son époque. Cette présence appuyée sur la scène artistique française de cette génération lui offre une place, en 1937, dans la rétrospective des Maîtres de l’art indépendant, organisée à Paris à l’occasion de l’Exposition internationale. Ses œuvres sont régulièrement acquises par l’État et il bénéficie dans les années 30 de plusieurs commandes de décorations murales. Vers la fin de la décennie, son art se fait plus sévère sans renoncer néanmoins au raffinement de la couleur. Après la Seconde Guerre Mondiale, il développe de nouveaux sujets et enrichit ses recherches en abordant la lithographie. Sa vision se fait de plus en plus directe et dépouillée. Le musée des Beaux-Arts de Cambrai et le musée du Mont-de Piété de Bergues se sont associés à ce projet et présenteront respectivement une exposition dédiée à l’oeuvre gravé de Lotiron et une seconde à ses dessins.

Publié le 02/08/2022