5424201e3bf8b38aa31c27c1aa7ef692fb9ff7f1
4a47181ba8cf3c9aa97fe51567055f947b08f8e1
1a912ad6d5b7f49bdc0af04dbec534a5d47be5ad
C905d36dd213aa5cc80e09e7e2bff5acb3f524a7
2670e45d68bb931f87e71f7fbc9da1ca5f65610d
Afc801a22acec49de611cab83365a9ac09e2e810
Fermer
théâtre

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier / Simon Delétang

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier / Simon Delétang (2021)
Un texte fulgurant, qui pourrait bien éclairer la sombre période que nous traversons.

En 1951, l’écrivain suédois Stig Dagerman écrit un très court texte, touffu et poignant, où il avoue ses doutes et ses certitudes, et affirme comme pour s’en persuader le pouvoir de l’écriture. Puis, il sombre dans le silence et finit par se donner la mort. Découvert en 1981, ce testament littéraire connaît un succès immédiat, immense et ininterrompu. Qu’il revienne aujourd’hui à nous est presque une évidence. En tout cas, ça l’était pour Simon Delétang, metteur en scène, comédien et directeur du Théâtre du Peuple à Bussang. À la fin de l’été 2020, au coeur de la pandémie, dans cet écrin de bois au creux de la forêt des Vosges, il met en scène ce joyau teinté de désespoir autant que de possibles. Avec les deux musiciens de l’intense groupe Fergessen, ils écrivent un oratorio pour temps incertains. Simon Delétang donne ici corps à la pensée de Stig Dagerman, posée sur une partition électro-rock envoûtante, à sa force de vie et à « la croyance dans le libre arbitre qui pourrait nous donner un peu de courage ».

Crédit photo : Jean-Louis Fernandez

Publié le 24/09/2021


Mots clés :