A04bd3023483198a066d1942b62f93f3d9fb5931
7e791124613035ee55b5ebeb49a9bc109b671e2e
Fermer
lire

Sauvez une dinde, dévorez un livre ! : ouvrages de fiction

66cb36f50b3830d86911410df0fcb4715fe75aff
La région regorge d'artistes talentueux et de fins connaisseurs du monde des livres. Une conjonction de talents locaux réunis dans une belle initiative qui vise à mettre en avant les ouvrages publiés par les éditeurs des Hauts-de-France et chroniqués par les libraires régionaux, une belle sélection de livres à (s')offrir. Première partie consacrée à la fiction.

La Femme brouillon (Amandine Dhée, 13€, La Contre Allée)

A coup de vitriol, de tendresse et d’humour, Amandine Dhée démêle le fil de sa grossesse, comme un témoignage universel. Les questions qui l’habitent révèlent l’expérience singulière d’un tel événement. D’ailleurs, comment être mère, femme et féministe? Le récit commence par la problématique de l’annonce : peut-on le dire aux autres sans trop en faire ? Puis il déroule toutes les autres questions qui surgissent lorsqu’un petit être grandit dans son ventre jusqu’à son arrivée dans la vie. Juste et sincère, ce texte demeure désormais une pièce indispensable de l’œuvre d’Amandine Dhée.

Alix et Fantine, La Lison

 

Moujik Moujik (Sophie G. Lucas, 18€, La Contre Allée)

Deux textes indispensables de Sophie G. Lucas : Moujik Moujik et Notown. Ce qui saute aux yeux, c’est ce formidable talent qu’a Sophie G. Lucas de se faire la porte-parole des vies que l’on laisse trop souvent sous silence. Elle se fait témoin d’une réalité brute et parvient à rendre la parole à une marge oubliée ! Son travail, à mi-chemin entre poésie et documentaire, entre fiction et réalité, est une pépite ! Son style percutant est d’une beauté sans égale, d’une finesse et d’une sensibilité incroyables ; ses courts textes nous vont droit au cœur, nous font voir les choses différemment… Que peut-on attendre de plus de la littérature ?

Marianne, Librairie Les Lisières, Croix

 

La véritable histoire de Matías Bran (Isabel Alba, 21€, La Contre Allée)

Matías Bran a 65 ans et est sur le point de mettre fin à ses jours. Dans le caisson du volet de son salon : une valise en cuir usé, qui renferme les clefs de son histoire ! Remontons le temps, jusqu'au tout début du XXe siècle, en Hongrie, sur les traces de ses ancêtres. Point de départ d'un roman épique à couper le souffle ! Où il est question des conditions de travail, de la place des femmes dans la société, de l'impact de la lecture, de l'importance du collectif... Roman historique, roman révolutionnaire, mais surtout roman magistral ! Dans un style percutant, retranscrit parfaitement grâce à la traduction de Michele Ortuno. Inoubliable !

Marianne, Librairie Les Lisières, Roubaix

 

Du Bulgom et des Hommes (Amandine Dhée, 14€, La Contre Allée)

Amandine Dhée, auteure de la région du Nord, écrit des textes principalement inspirés de la vie quotidienne. Du Bulgom et des Hommes est son premier livre. Le premier chapitre est très déroutant, écrit de manière inhabituelle car totalement dénué de ponctuation, puis les chapitres suivants reviennent à la normale… Amandine Dhée nous fait découvrir des scènes de la vie urbaine et quotidienne. Le tout abordé avec beaucoup d'humour, des traits d'ironie forts. Les sujets sérieux sont "allégés" par sa plume fine, une écriture fluide. On se prend à sourire devant le vrai de certaines scènes Voici un extrait qui donne le ton de ce livre : « Les gens dans la ville ne peuvent pas faire que s’aimer. Ils doivent aussi manger. Une saine vie médiatique nous le rappelle : cinqfruitsetlégumesparjour. Et aussi qu’il faut mangerbouger. Cette injonction me laisse songeuse : qu’attend-on de moi exactement ? Faut-il que je bouge juste après avoir mangé ou faut-il que je bouge en mangeant ? Mais dans la ville on peut pas fabriquer soi-même ses légumes à cause de la terre de ville qui est nostalgique, et qui garde en elle des souvenirs des entreprises d’avant où maintenant c’est du chômage mais n’empêche. J’ai bien tenté d’éditer mon propre livre de recettes : La cuisine aux métaux lourds, c’est facile ! mais je me suis sentie très peu soutenue. »

Sabrina, La Bailleuloise

 

 

Publié le 11/12/2018 Auteur : Les libraires indépendants


Mots clés :