5424201e3bf8b38aa31c27c1aa7ef692fb9ff7f1
4a47181ba8cf3c9aa97fe51567055f947b08f8e1
1a912ad6d5b7f49bdc0af04dbec534a5d47be5ad
C905d36dd213aa5cc80e09e7e2bff5acb3f524a7
2670e45d68bb931f87e71f7fbc9da1ca5f65610d
Afc801a22acec49de611cab83365a9ac09e2e810
Fermer
théâtre

Richard III, un Shakespeare ébouriffant !

De338ed1ecb09f9d7b4bafd6d9780bddd2439dcf
...mené tambour battant version opéra rock-électro-punk par Thomas Jolly.

« I am a monster » hurle en chantant façon rocker, Richard III/Thomas Jolly dans son micro. Et on le croit sans peine car ce roi halluciné, tyrannique et machiavélique s’acharnera à le prouver pendant les quatre heures que dure le spectacle. Le comédien et metteur en scène trentenaire Thomas Jolly sait, avec sa « Piccola Familia », la troupe qu’il a montée, raconter des histoires et surtout des drames shakespeariens avec la fougue et l’iconoclasme de la jeunesse, un iconoclasme qui sied bien à Shakespeare qui ne faisait rien d’autre que de dénoncer à longueur de pièces la noirceur du monde et des hommes. Richard III, nous dit Thomas Jolly, c’est « (…) L’ultime progression d’une inexorable marche du mal avant le rétablissement de la paix. Il ne s’agit pas seulement du magnétique et fascinant personnage : c’est davantage la peinture d’une société meurtrie et dévastée, propice à l’éclosion d’un monstre dont il est question ». Violence, meurtre, malédiction, combat déloyal pour le pouvoir et guerre civile sans merci, sont au menu de cette réinvention de Richard III qui, convoquant lumières, laser et paillettes, en laissera plus d’un pantois.

Publié le 10/11/2016 Auteur : Françoise Objois

Du 17 au 20 novembre 2016

Théâtre du Nord, 4 place du Général de Gaulle, Lille.

Tél.03.20.14.24.24

 

 

 

 

 


Mots clés : Richard III