5424201e3bf8b38aa31c27c1aa7ef692fb9ff7f1
4a47181ba8cf3c9aa97fe51567055f947b08f8e1
1a912ad6d5b7f49bdc0af04dbec534a5d47be5ad
C905d36dd213aa5cc80e09e7e2bff5acb3f524a7
2670e45d68bb931f87e71f7fbc9da1ca5f65610d
Afc801a22acec49de611cab83365a9ac09e2e810
Fermer
théâtre

Le Zeppelin continue son vol

C421e8ac5f14183a85d9aca3aa26afcf0d822c17
La disparition de Pierre Foviau en juin dernier laissait la compagnie des Voyageurs et le Zeppelin orphelins de leur créateur. Béatrice Doyen, autre moitié de l'équipe, poursuit cependant l'aventure soutenue par de nouvelles complicités.

Après quelques semaines de réflexion, la question de garder vivant le Zeppelin et la Cie des Voyageurs a été tranchée par Béatrice Doyen. «Il m'a été vite évident que le travail accompli dans ce lieu depuis des années, les rencontres avec les habitants et les artistes, les échanges que le Zeppelin permet tout au long de l'année ne pouvaient s'interrompre avec la disparition de Pierre » raconte sa complice de longue date. Restait à compléter le travail de programmation d'une saison forcément marquée par l'ombre de l'artiste. Pour ouvrir l'année, El Manos anime deux soirées barouf toujours festives et partageuses dans le sillage d'une musique qui invite au voyage. Incarnation du travail effectué à Saint-André depuis 2010 par les Voyageurs, Comment ne jamais tomber amoureux mode d'emploi voit ensuite 13 jeunes acteurs formés aux ateliers du Zeppelin dirigés par Antoine Domingos, jeune auteur et metteur en scène (au sein de la Cie l'Impatiente) lui-même accompagné par Pierre Foviau. Assurément un temps fort de la saison autant qu'un vrai moment de théâtre. Les compères de la Cie Rode Boom déploient ensuite leur mélange de mise en scène et de mentalisme pour une exploration sensible et ludique de l'entrecroisement des hasards. Fin décembre, Noël au théâtre, précieux moment de propositions à partager au moment des fêtes est de retour avant de retrouver Antoine Domingos, associé au lieu cette saison. Avec sa Cie l'Impatiente il présente une nouvelle création La nuit se traîne entre quête d'une sœur et questionnement sur la violence. « Il me semblait normal de continuer d'accompagner cette équipe que nous suivons depuis des années. Et ça me permet aussi d'avoir le regard artistique d'Antoine sur le projet du Zeppelin. » détaille Béatrice Doyen. Ensuite, la puissante proposition pleine d'humanité d'Éric Bouvron (Braconniers), la performance de Gwendoline Gauthier dans Iphigénie à Splott, le bricolage poétique d'Étienne Manceau (Vu) et le drôle de spectacle décalé de Claire Laureau et Nicolas Chaigneau dans Dernière complètent le programme. Inévitable, un moment d'hommage joyeux à Pierre Foviau autour d'une fresque de Jef Aérosol fermera la saison, un an après sa disparition. « C'est une présence qui continuera de nous accompagner. Un lieu comme cela demande un investissement de tous les instants. À deux c'était déjà parfois compliqué, tout le monde demeure motivé et engagé pour accueillir des artistes, proposer de nombreux cours et ateliers, mais il nous faut désormais un soutien plus durable de nos financeurs, les intentions ne suffisent plus. » précise la directrice. À bon entendeur.

Publié le 17/10/2023 Auteur : Guillaume B.

Le Zeppelin, 23 rue d'Alsace-Lorraine à Saont-André-les-Lille lezeppelin.fr

El Manos en soirée barouf les 20 et 21 octobre à 20h.


Mots clés : Le zeppelin