8a87fd6ae37bcd6b9f692697eff9a70a9464c842
62062b15a71b3ca76a91f970ebf7cebb82ab4e3b
De894b80fc83aab295e10809b5908e2e9e5041f8
480cf94e9d3b86c5bc3100795799a07714a1505f
Fermer
concerts

Jeune Mort

F867f1aaec6bb238e3e3ce25714bd7c6760d8b7a
Le collectif la 75eme Session est une pouponnière du meilleur du rap français. Son dernier bébé se nomme Jeune Mort et il joue sur les maux.

Depuis douze ans, le « Dojo » de la 75eme Session irrigue le rap bien au-delà de la Seine parisienne. Hash 24, M le Maudit, Nepal, Sheldon, Sanka dans le cœur du réacteur et Vald, Lomepal, Caballero venus en voisins. Une référence dans l’art du freestyle, assez éloignée du fric et du «sale». Jeune Mort est donc un de ces nouveaux moines Shaolin, ayant passé une grosse dizaine d’années sous la cagoule de Zoonard. Un reboot qui ne se renie pas et assume pleinement un passé fait d’excès, un présent pas glorieux et un horizon bouché. C’est sombre sans être lourdingue, le pathos dynamité par un phrasé et une écriture ultra-maîtrisés. Si ça grince un peu ça change carrément des mytho-trips du ganja-gangsta ou du geignant gênant. Le goût de la graisse du canon du flingue sur les dents mais du plomb dans la tête. Revigorant ce Jeune Mort.

 

Publié le 16/04/2024 Auteur : Bertrand Lanciaux

Jeudi 18 avril, 20h, 11-15€
La Cave aux Poètes
16 rue du Grand Chemin, Roubaix
www.caveauxpoetes.com

 


Mots clés : rap