4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
C7439c9f0c0147b99b13dd482bff0a1126f4e32e
835df21147e7aa6970da35184de5ad8fb45efdf1
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
85a0fc3ba8bb8c6711bf6099fad3d83bc6f0fe4e
Bb4bbe78907447359b1596be29d3dfd517147424
Fermer
concerts

Gogo Penguin

6197074794dff863f82e1379eae9b9dbc4666373
Gogo Penguin c'est du jazz made in Manchester. A la croisée de la pop et de l'electro, le trio Gogo Penguin a le bon goût d'éviter la fusion pour lui préférer l'hybridation. Régénérant.

 

Rythmiquement, harmoniquement...assurément Gogo Penguin c'est bien du jazz. Pour autant le jeune trio de Manchester ne renie rien des pulsations de sa cité d'origine. Piano, basse, batterie partent donc à la rencontre et parfois même à la conquête de répertoires présumés plus « légers » sans pour autant les alourdir. Dans cette démarche rafraîchissante, Gogo Penguin incarne une certaine nouvelle scène jazz british stylée, à l'instar des Londoniens de Phronesis ou de leur ami mancunien Matthew Halsall. Sans tiédeur, nos Penguin réchauffent le groove. Convoquant dans une même danse Aphex Twin, Brian Eno, John Cage ou Radiohead, le trio prolonge les crossovers à la Bad Plus ou Medeski, Martin & Wood. Signalons enfin la présence du très bon Thomas Grimmonprez Trio, qui aura la charge de rendre accessible toute la modernité du jazz.

 

Publié le 18/03/2017 Auteur : Bertrand Lanciaux

 

Mercredi 22 mars, 20h, 5-18€
Aéronef
168, Avenue Willy Brandt, Euralille
www.aeronef.fr

 


Mots clés : electro pop jazz