A63bcc56e50e32867ca2f9b4bc3bf824b4542fb2
Aa17e41d890941c59135fb8b099b07ad704618c2
825f5b4589b9f3cefe821967b4719fcaf811f05c
Dea02efaf8f6b930c4edc7d14649eaf4f0473bd0
Fermer
classique

Gianni Schicchi, petite farce macabre de Puccini

6984488dfbedb0da8afc29e657f521e284edff9d
Onze chanteurs et un piano au Bateau Feu.

Revue et corrigée par Matthieu Bonilla et Benoît Lambert, cette comédie opératique de Puccini, plus connu pour ses drames façon Madame Butterfly ou La Bohème, ne vous fera pas sortir votre mouchoir mais plutôt grincer des dents. Même si Puccini situe l’action dans la Florence de Dante, il se trouve qu’aujourd’hui comme hier, pullulent les voleurs et les escrocs, et que nous aimons toujours beaucoup les personnages genre Arsène Lupin qui prennent aux riches pour donner aux pauvres. Composé en 1918, cet opéra où l’on chante comme on parle, aurait pu faire un bon film. C’est d’ailleurs ce que s’est dit Benoît Lambert quand il en a travaillé la mise en scène. Œuvre très courte, Gianni Schicchi sera précédé de Memento Mori, collage macabre d’après Puccini, un prologue composé par Mathieu Bonilla.

Ajoutons que ce projet exemplaire à plus d’un titre est le fruit du collectif la co[opéra]tive qui réunit quatre Scènes nationales autour de de productions lyriques, le Bateau Feu (Dunkerque), le Théâtre national de Cornouailles (Quimper), le Théâtre Impérial de Compiègne et Les 2 Scènes (Besançon).

 

 

Publié le 03/03/2017 Auteur : Françoise Objois

 

Gianni Schicchi

7 mars 2017, 20h, 8 mars, 19h

 

Le Bateau Feu, Place du Général de Gaulle, Dunkerque. Tél.03.28.51.40.40