3b450e619fcb84d508d8598b4c230634fab89404
A0321b8047fe7d3b1eccd728c3d32983c8e3d66d
C71b0308470559c8080f8e78558e344ee762b1f4
A1ae84985e9b8bc593e4c3a0c199d52c65fef4b8
Bb15b19764349e223f1283f94fe025aac8aa40e3
A6bc324640848de5d89e662518cc217fc1d3fff5
Fermer
concerts

Florist

633e8157dbd4b56ebd6e3bc0d8cd3aa9a072bd3b
Comment les délicats Florist s’immiscent et s’infiltrent dans nos oreilles pour devenir le groupe le plus vivace dans nos cœurs.

Il n’y a pas de mauvaises herbes. Le folk lo-fi de Florist a percé le bitume de New York en essaimant d’abord quelques EP puis 4 albums tous parus chez Double Double Whammy, maison artisanale de haute volée artistique. Sous les radars, Florist a donc crû sans avoir l’air d’y croire ou tout au moins d’y toucher. Un goût du dépouillement à ne pas confondre avec de la fausse modestie. A l’origine véhicule d’Emily A. Spargue, Florist est devenu via leur dernier album éponyme un réel projet de groupe témoin d’une symbiose artistique magique. Un album « trace », la grotte Chauvet de ces primitifs du futur. Une captation magique qui les place à hauteur d’un Big Thief sans franges autant que d’une Weyes Blood sous cellules photovoltaïques. Plus qu’une révélation, une évidence.

 

Publié le 15/03/2023 Auteur : Bertrand Lanciaux

Dimanche 19 mars, 10,5/13,5€
De Kreun
Conservatoriumplein 1, Courtrai (B)
www.wildewesten.be

 

 

 

 

 


Mots clés : lo-fi rock pop