Cd11ec4b8f091e0bd9c758e5834dd497957050e2
7d9aeb843ce03a817dcdfd97a228c4f93786c233
Fermer
théâtre

The Jewish Hour

Réserver
 The Jewish Hour (2022)
Fausse émission de radio et vraie performance irrévérencieuse, The Jewish Hour pose, sous des airs potaches et un humour punk, un regard subtil sur l’identité juive aujourd’hui.


Bienvenue à Netanya, au nord de Tel-Aviv, ses quatorze kilomètres de plages, son ensoleillement permanent et sa radio francophone. Au micro qui crachouille, l’animatrice déjantée fait tout : annoncer les actualités, chanter les jingles a cappella, lire les publicités… Palpable dans le studio, l’effervescence atteint son apogée à l’arrivée d’un invité de renommée internationale. Mais le philosophe BHL se montre sous un tout autre visage. Est-ce l’esprit du judaïsme qui a frappé ? Seconde partie d’une trilogie ayant pour toile de fond le conflit israélo-palestinien, The Jewish Hour recourt à tous les codes de la comédie burlesque : répétitions, loufoqueries, courses-poursuites et tartes à la crème. Avant le point de bascule. Primé au festival Impatience 2020 (jury du festival de la jeune création théâtrale contemporaine auquel le TnBA participe) pour ce spectacle détonnant, Yuval Rozman ne répond pas aux questions abyssales qu’on devine pourtant derrière la satire politiquement incorrecte. Ses ruptures de ton instillent peu à peu embarras et malaise. Et cette position inconfortable permet d’éprouver, de manière sensible et subtile, le drame qui se joue au-delà des ondes radiophoniques. Au coeur d’un chaos salvateur dont il se fait le chef d’orchestre, la complicité musicale de Romain Crivellari transforme la farce en parabole, tout aussi insaisissable et polymorphe que l’est l’identité juive. Un chant d’amour, décomplexé.

Publié le 17/01/2022