E34366de7f541aef7cf69761d175f0e8348fa020
C9d5c9e9ca3e0cbfaff4403d537cb109d146b4df
736ae14b66bef22f42592a564098f9de11f24b51
4273051092d27ec33bb16ab4f50f2835837a86a3
4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
A54455c8276529b0e3ae473b98c7def00983a576
9de3759d4b0d5b29e3da83644c3a871ec5bdc4df
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
Efc20ad8ebf63544f9e76beed87be17f10a9855f
3f415fead1e0398d09b54b81d6a165c4fd76f193
Fermer
théâtre

Séisme

Réserver
Séisme (2020)
Cie Théâtre du Prisme. Quel meilleur endroit qu’un magasin Ikéa pour discuter d’un projet d’enfant ? L’occasion pour F et H de dérouler l’histoire de leur couple : au fil des mots, les angoisses surgissent, parentales, écologiques, existentielles… Reflets d’une génération pour qui l’incertitude tient lieu de mode de vie.

 

Les questionnements fusent. Peut-on choisir de mettre au monde un enfant dans un monde pollué, sans lui offrir la promesse d’un avenir radieux ? Comment devenir parents et rester un couple ? Comment ne pas transmettre ce que l’on a de pire en soi ? Comment être responsable dans un monde déréglé ? L’humour et l’émotion de ce dialogue vif offrent un moment de théâtre réjouissant. On retrouve ici le sel des textes anglo-saxons : l’esprit de dérision, la vitalité et l’efficacité dans l’épure de la forme. Dans une mise en scène qui fuit l’artifice, on trouvera au travers de mots simples l’humanité d’une relation forte. Mounya Boudiaf et Maxime Guyon, comédiens issus de l’EPSAD / École du Nord, interprètent avec finesse ce couple pris dans le maelström de ses interrogations.

 

« C’est l’histoire de F et H, couple dont nous parcourons la vie à travers une longue conver­sation, ou plutôt plusieurs conversations, sur l’idée d’avoir un bébé, dans un monde où les catastrophes écologiques, les névroses familiales, la multiplicité des modèles, engendrent de la pression et de la peur vis-à-vis du futur. Le texte est remarquablement bien construit, car à travers une succession d’ellipses, nous assistons à toute l’histoire d’un couple dans un langage simple et stimulant pour l’imagi­nation du spectateur. Mon envie est de créer une petite forme sans artifice, où l’on pourra suivre à travers des mots simples une humanité et une relation forte. Je souhaiterais ne pas pousser les acteurs vers trop de théâtralité, pour respecter le rythme de la conversation. Mon intention est de mettre en scène une longue conversation, et que le spectateur partage l’intimité de ce couple.

 

La pièce ne nécessite ni décor ni illustration, tout se joue dans les mots. J’ai l’intention de respecter l’idée d’un espace vide où seuls les mots et les acteurs sont en présence. La première scène de Séisme se passe chez Ikea. F et H sont des jeunes gens de leur époque qui n’échappent pas à la sensibilité et aux injonc­tions contemporaines. Ils sont au début de leur vie et ont tout à construire. L’idée d’un sol neutre, d’une page blanche qui n’encombre pas l’imaginaire, me paraît essen­tielle. Il s’agira d’un espace de jeu fait dans une matière écologique. Je suis frappé par nos aspirations à « changer de vie », et par notre incapacité à nous y résoudre. Lorsque je regarde le catalogue Ikea, les grandes problématiques contemporaines y sont posées : l’écologie, les migrants, la famille, l’enfant et la démocratie du monde libéral. Cela m’interroge sur l’impact des valeurs dont on fait la promotion. » Arnaud Anckaert

 

 

 

ARNAUD ANCKAERT : IL t se forme à l'école Lassaad à Bruxelles et intègre en 2005 l’Unité Nomade de Formation à la mise en scène du Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris. Il a depuis travaillé avec Mathias Langhoff, Jean-Pierre Vincent, Bernard Chartreux, Kama Ginkas et Armand Gatti. Il a déjà mis en scène entre autres Disco Pigs d’Enda Walsh, Pulsion de Franz-Xaver Kroetz, Les Chaises de Ionesco, La Ménagerie d’après Tennessee Williams, Soeur de de Lot Vekemans, Simon la gadouille de Rob Evans.

 

Depuis 1998 Arnaud Anckaert et Capucine Lange dirigent ensemble le Théâtre du Prisme, compagnie implantée à Villeneuve d’Ascq. Avec Orphelins de Dennis Kelly, Constellations de Nick Payne, REVOLT. She said. Revolt again. d’Alice Birch, et aujourd’hui Séisme, dont les mises en scène d’Arnaud Anckaert sont les premières créations en français, ils affirment leur goût pour un certain théâtre britannique, en prise directe avec le monde. « Prise Directe » est d’ailleurs le nom du festival biennal de lectures de théâtre contemporain qu'ils animent depuis 2013 sur la métropole lilloise.

Publié le 08/01/2020