736ae14b66bef22f42592a564098f9de11f24b51
4273051092d27ec33bb16ab4f50f2835837a86a3
4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
Efc20ad8ebf63544f9e76beed87be17f10a9855f
3f415fead1e0398d09b54b81d6a165c4fd76f193
Fermer
théâtre

Robert n'a pas de paillettes

Robert n'a pas de paillettes (2021)
Pour sa première création en solo, Arthur Sidoroff, fil-de-fériste, explore toutes les ambivalences de cet agrès, et le rapport à l’espace qu’il impose. C’est une scène réduite où chaque pas compte

Au commencement, il y a ce câble en acier de 12,5 millimètres de diamètre et de 7 mètres de long. 

Robert n’a pas de paillettes est un espace commun où la fragilité d’un déséquilibre, la beauté d’une rattrape, sont autant d’échos à notre humanité profonde. A travers ce voyage suspendu, Arthur Sidoroff accompagné du musicien Thomas Caillou, explore la pratique du fil comme matière chorégraphique et sensible. Le dispositif scénique bi-frontal installe le public dans une proximité avec le fildefériste et le musicien. Un rapport intime à l’agrès qui témoigne de la volonté de l’artiste d’incarner une humanité brute, de se présenter sur le fil « sans filtre », « sans paillettes »

Publié le 03/09/2021