21da3423b77360d25209ef7a47f51d109d57014b
Ce8bb79680069900c99dfaa259b72db4b91fc83d
2b508df970051aed01e8cf6a27f5a9fea6d2168f
Dd995879e576c6a00357ba052095ce9bdb8317d2
6da5c198edc8cbafe38c0d3a63f13d6328396f5f
77d98cb73970bb1be23793ae78286359bce47569
A24e589594b9b177314ea655d145af07a8eab6a4
13c3f8bf459580022437cbbd05b659bd2a69a0d8
Fermer
danse

Foreshadow

Foreshadow (2023)
Festival Next. Pour cette nouvelle création, Alexander Vantournhout place un groupe de huit danseurs face à un défi de taille : que faire avec un mur haut de six mètres qui occupe toute la largeur de la scène ?

Ici, la lutte est menée dans la verticalité, au son d’une musique des années 80, entre punk et rock. Le mouvement est créé en jouant à la fois avec les limites et les possibilités qu'offre ce mur. Et si chaque tentative se soldait par un échec ? L'action évoque alors le mythe de Sisyphe : condamné à pousser un rocher jusqu'en haut d'une montagne, il échoue sans cesse et répète cette tâche impossible pour l'éternité. Difficile également de ne pas songer aux portées politiques que peut avoir la construction d’un mur (en Israël, à Berlin, en Amérique, en Chine...)
Avec Foreshadow, Alexander Vantournhout franchit une nouvelle étape dans son étude des relations entre la gravité, le mouvement et la spatialité, en déplaçant le mur du fond de scène au premier plan.

Cocktail d’ouverture du festival à l’issue de la représentation

 

Crédit photo: Bart Grietens 

Publié le 20/07/2023