A63bcc56e50e32867ca2f9b4bc3bf824b4542fb2
Aa17e41d890941c59135fb8b099b07ad704618c2
825f5b4589b9f3cefe821967b4719fcaf811f05c
Dea02efaf8f6b930c4edc7d14649eaf4f0473bd0
Fermer
théâtre

Braslavie bye bye !

Réserver
Braslavie bye bye ! (2022)
Dans cette fable aussi actuelle que surréaliste, les habitants d’un village miné par la pauvreté et le système D ont tous le même rêve : partir en Italie, là où l’herbe est plus verte. Face à la gravité du sujet qu’il a choisi, l’Europe des frontières et de la misère, Rachid Bouali préfère toutefois répondre avec légèreté et fantaisie.

Par quels moyens quitter son pays dans l’espoir d’une vie meilleure ? Les rêves les plus fous animent cette fable aussi actuelle que surréaliste.

Dans un pays miné par la corruption, les trafics en tout genre, l’absolue pauvreté et le système D, les habitants du petit village de Targa nourrissent tous le même rêve : partir pour l’Italie, en face, là où l’herbe est plus verte. Quitte à user des moyens les plus saugrenus : transformer son tracteur en avion, vendre son rein ou monter une équipe de curling !

Inspiré par le livre de Vladimir Lortchenkof, Des mille et une façons de quitter la Moldavie, Rachid Bouali poursuit sa réflexion sur le thème des frontières avec cette fois un focus sur l’Europe et surtout ses laissés pour compte. Sa Moldavie à lui, c’est la Braslavie, un pays imaginaire et réaliste à la fois qui incarne la misère des pays de l’Est d’aujourd’hui. Mais à la gravité, à la noirceur du sujet, le comédien-conteur répond par la légèreté et la fantaisie.

Burlesque, loufoque et décalé, son nouveau spectacle est une drôle d’épopée aux couleurs des films de Kusturica. Rachid Bouali navigue dans un univers de tôles ondulées, tel un terrain vague aux couleurs changeantes. À ses côtés, le musicien Manu Domergue ajoute sa touche virtuose à l’histoire et plante le décor sonore. Un beau duo pour incarner cette fable pleine d’humanité.

Publié le 12/01/2022