E34366de7f541aef7cf69761d175f0e8348fa020
C9d5c9e9ca3e0cbfaff4403d537cb109d146b4df
736ae14b66bef22f42592a564098f9de11f24b51
4273051092d27ec33bb16ab4f50f2835837a86a3
4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
A54455c8276529b0e3ae473b98c7def00983a576
9de3759d4b0d5b29e3da83644c3a871ec5bdc4df
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
Efc20ad8ebf63544f9e76beed87be17f10a9855f
3f415fead1e0398d09b54b81d6a165c4fd76f193
Fermer

Joël Pommerat

Auteur-metteur en scène, directeur de la compagnie Louis Brouillard… Joël Pommerat jongle avec les titres mais préfèrera celui d’"écrivain de spectacle". Cet homme-orchestre a la particularité de ne monter que ses propres textes, mûris au fil de nombreux échanges et répétitions. Ce bourreau de travail multi-récompensé considère les mots comme un matériau à l'instar de la lumière, la musique, le son ou le jeu des comédiens. Depuis le huis-clos familial Au Monde jusqu’à Contes et légendes, en passant par ses adaptations de contes pas si enfantins (Cendrillon, Pinocchio) ou Ça ira (1) Fin de Louis, fiction inspirée de la Révolution française, il ne s'interdit aucun récit. Il chahute notre imaginaire comme nos représentations du réel. La forme, elle, est souvent spectaculaire, entre prouesses plastiques et sonores. Un style teinté d’une douce étrangeté empruntant aux codes de l’opéra comme à ceux du cinéma, posant un regard virtuose sur nos sociétés et, plus largement, la condition humaine.