42182511f12d9e8075653992ec499e739ed7ec28
000cc78bf7a133dea3c3f2f3bc76184565e636a9
221611d3f3798c3adb6b4ec17b305cc0a5f3637a
03ddb8e86645fd314dd1e73eeb4334500b719279
Fermer
concerts

Yard Act

62f668caa0b96163672f72828f61c9e9e8df8092
Une énorme pression s’opère sur Yard Act. En un seul album, ils parviennent à convoquer The Fall et The Streets tout en évoquant Idles, Fontaines D.C. et Sleaford Mods. Ça devrait gicler.

Évidemment, il ne s’agit pas d’aligner les références et d’ânonner du name dropping. Constitué à la base d’un noyau basse/chant, Yard Act s’est étoffé pour enfoncer le clou de ses textes dans le cercueil d’une Angleterre en vrac. Une poésie brute aux effluves de cidre et de houblon, transcendée par une réelle qualité d’écriture à la Mark E. Smith et John Cooper Clarke. Pour l’incarnation, on compte sur une scansion parlé-chanté, où le spoken-word se coince la langue dans la charnière post-punk. Sarcastique et politique, Yard Act dresse un constat caustique d’une société accidentée sans forcément embrigader pour refaire le monde. Ici, la gueule de bois remplace les lendemains qui chantent. Un désespoir tonique, plus dur et amer que bittersweet. Une grenade de Baked Beans, pleine face.

 

Publié le 10/06/2022 Auteur : Bertrand Lanciaux

Mardi 14 juin, 20h, 5-10€
Aéronef
168 Av. Willy Brandt, Lille
www.aeronef.fr

 


Mots clés : rock