A01f0520af447b9485f21c05b8306e85b5d447ab
7a88bca562ae993842f6dd61418d9343a858fde7
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
862f4edea2146e6e57052f09fa8ee38a43b2c017
93d8f0f534d9942f77c79a15caab0d0c9ee8f724
Fermer
cinéma

Un espion ordinaire

43963601bc7a9104d26fb8ab137b28f67b65ca88
Représentant de commerce sans histoire, Greville Wynne est approché par les services secrets anglais et américains pour se rapprocher d'un colonel soviétique susceptible de l'alimenter en informations. Les voyages entre Londres et Moscou se multiplient, tous comme les risques.

Sans trop de surprise, le film de Dominic Cooke replonge dans les coulisses de la guerre froide avec efficacité... mais sans inventivité. Derrière la reconstitution soignée, le destin de Wynne, plongé malgré lui dans les arcanes d'un affrontement dont les enjeux le dépassent, nourrit une machine narrative plutôt efficace à défaut d'être originale. Benedict Cumberbatch (habitué au genre de La taupe à Imitation game notamment) déploie son talent coutumier pour transmettre plutôt finement le trouble grandissant d'un citoyen rattrapé par l'histoire, accompâgné par un casting de comédiens discrets mais parfaitement dans le ton. Au-delà de son parcours, le film éclaire aussi les coulisses de la crise des missiles cubains et la façon dont les raisons d'état peuvent envahir une vie ordinaire. Efficace, mais manquant un brin de souffle, le long-métrage de Cooke entretient la tradition du film d'espionnage réaliste. Et pour cause, l'histoire est vraie.

Publié le 23/06/2021 Auteur : Guillaume B.

Classique dans sa forme et dans son sujet, efficace dans son traitement à défaut d'être inventif, Un espion ordinaire joue plutôt bien la carte du thriller soigneusement ficelé. Mais guère plus.