4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
C7439c9f0c0147b99b13dd482bff0a1126f4e32e
835df21147e7aa6970da35184de5ad8fb45efdf1
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
4f95c3fc4281b21b0008d23147209ee311b0222d
3a7f75b5a1c97a43153075b9d8f99b46047ed94b
85a0fc3ba8bb8c6711bf6099fad3d83bc6f0fe4e
Bb4bbe78907447359b1596be29d3dfd517147424
Fermer
théâtre

Traverser la nuit…

4c56e21eb78ff51003a2008740658646959a0708
Voici un spectacle d’une sensibilité rare face aux bégaiements de l’histoire, la grande, celle qui broie les individus sans prescription de temps.

Anne-Marie Storme signe ici un très beau texte sur une tragique histoire familiale, qu’elle met elle-même en scène. Il y est question du passé dont les plaies ne se referment jamais, de non-dits, d’un frère et d’une sœur qui, suite au suicide de leur mère, se retrouvent en Allemagne. Flashback, l’idéologie nazie gangrène le pays. Une femme, leur mère, quand elle comprendra, ne le supportera pas. Le drame de la culpabilité rongera sa vie jusqu’à la fin qu’elle s’est choisie. Le traumatisme de la guerre, jamais ne s’efface…L’émotion est ici à fleur de plateau. La vie se joue à un fil, fragile. La nuit ne se traverse pas.

Publié le 08/09/2016 Auteur : F. Objois

Vendredi 23 septembre 2016 à 14h30 et 20h30.
Avec Anne Conti, Sophie Bourdon et Jérôme Baelen.
Théâtre Charcot, 122 rue du Docteur Charcot, Marcq-en-Baroeul.
Tél.03.20.45.46.37

Mots clés :