7bbba8d65b8b079e4140e0c30037a1b0fedb31da
6cb85f3bb2bb9a42c46fb8b44d61086f85c21293
6d6da02717f0a28f1faffd3b28d09967a8ef7658
58fd4ea9aa97f35521ebeae7f184d75ad723d92b
9f93f7dd41d2a6eae583230a8299d42aa90bf450
A476524fc5ca0904d3d7079d8009b4f150d109d0
Fermer
cinéma

Tom

8df804b8658bcee6934f5c24ec9a1bc6d458f0e7
Dans un mobil-home perdu au cœur d'une forêt, Tom vit seul avec sa mère Joss. Entre l'enfant débrouillard et curieux de 11 ans et sa mère, entre complicité et débrouille, s'est nouée une relation forte d'amour et d'entraide mutuelle. Mais l'apparition du mystérieux Samy, visiteur ombrageux et inquiétant, va bouleverser l'harmonie de leur foyer.

Du livre de Barbara Constantine (Tom, petit Tom, tout petit homme Tom), Fabienne Berthaud garde l'essence pour mettre sa caméra dans les pas d'un Tanguy Mercier saisissant. Ses yeux clairs portent l'acuité ou que la caméra prend le temps de capter. Finement, la cinéaste éloigne son film de tout misérabilisme, injectant beaucoup de lumière dans ses images d'automne et de dénuement. Autant du côté des contes que dans le portrait de personnages touchants, défendus par un casting dont le naturel suffit déjà à dire beaucoup de la prometteuse Nadia Tereskiewicz à la touchante Claudine Acs le récit, en faisant régulièrement quelques pas de côté, prend joliment ses distances avec un naturalisme froid. Entre vieilles dames et château décrépits, pêche et cours de grammaire, disputes et réconciliations, Tom porte une douceur discrète mais jamais bavarde qui file droit au cœur sans chercher à en faire trop. Dans une économie d'effets, Fabienne Berthaud dit aussi beaucoup du monde, de l'importance des liens conservés avec la nature et des solidarités entre ses habitants.

Publié le 11/05/2022 Auteur : Guillaume B.

Tendre chronique contemporaine, le fil de Fabienne Berthaud touche nombre de sujets avec beaucoup de finesse et et la complicité d'un casting pertinent au gré d'un récit tendre et touchant.