E34366de7f541aef7cf69761d175f0e8348fa020
C9d5c9e9ca3e0cbfaff4403d537cb109d146b4df
736ae14b66bef22f42592a564098f9de11f24b51
4273051092d27ec33bb16ab4f50f2835837a86a3
4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
A54455c8276529b0e3ae473b98c7def00983a576
9de3759d4b0d5b29e3da83644c3a871ec5bdc4df
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
Efc20ad8ebf63544f9e76beed87be17f10a9855f
3f415fead1e0398d09b54b81d6a165c4fd76f193
Fermer
expos

Relire François Boucq... au musée !

Depuis l'Open Museum 3 consacré à Zep (créateur de Titeuf) en 2016, on sait le Palais des Beaux-Arts de Lille ouvert au neuvième art.

En accueillant le prolifique François Boucq, le musée lillois pousse le curseur encore un peu plus loin puisque outre le parcours inventif que l'artiste propose au gré des salles, des œuvres et des époques. Dans les pas de son Jérôme Moucherot, Boucq décline autour des œuvres un regard volontiers iconoclaste et poétique à la fois, incitant à parcourir le musée avec un œil neuf. Illusions graphiques, statues « léopardisées », descente de croix animée, éclairage céleste, regard sur les portraits, horizon partagé, « hologrammes » de dessin, sculpture diffusant une odeur ou œuvre totale réunissant les tableaux de la galerie XXème, le dessinateur bouscule le rapport traditionnel à l'oeuvre en n'hésitant pas à faire appel aux technologies modernes pour offrir une perspective nouvelle sur les œuvres du musée. Tout à la fois audacieux et rafraîchissant, ce septième Open Museum consacre autant la grande pertinence du travail d'ouverture mené par Bruno Girveau et les équipes du Palais des Beaux-Arts que la place de la bande dessinée comme art majeur. A l'occasion de cet Open Museum, François Boucq fait ainsi don de 400 dessins au musée, contribuant à l'entrée du neuvième art dans les musées.

Publié le 17/07/2021 Auteur : G. B.

 

Open Museum François Boucq, jusqu'au 8 novembre au Palais des Beaux-Arts de Lille, place de la République pba.lille.fr