B831930fe606200c41716e4a52d394e55556cd16
95409483ed0edc7d6858877ff3bd88e0fb4dd054
Adeec25831ac96f35f65c1dce7b401365b1c9316
Fd25ff1338128437fc3c95fd7b73640dd1655742
Fermer
classique

Relecture de Wagner par La Fura dels Baus

F9f019d74d26577880a1b485cdd7ab202c24c9ba
Ou comment déconstruire un mythe avec un regard cinématographique.

1843, Wagner a 30 ans quand il écrit son Vaisseau Fantôme, premier acte du long chemin qui le conduira vers le théâtre musical total et la tétralogie du Ring. C’est à Dresde qu’il créera son premier chef d’œuvre, un opéra fantastique et envoûtant, Der Fliegende Holländer, le Hollandais Volant. Le livret écrit par Wagner lui-même et basé sur une nouvelle de Heinrich Heine, comporte tous les ingrédients propres à captiver le public. On y trouve sur fond de tempête “L’amour, la mort, l’éternité, la malédiction, la pureté, la passion, la terreur ” comme le souligne Alex Ollé, le metteur en scène du collectif Catalan La Fura Dels Baus, réputé pour ses lectures iconoclastes et décapantes du grand répertoire théâtral et lyrique. L’irrationnel est ici à l’œuvre et le choix qu’a fait Alex Ollé de transposer la Norvège initiale dans un port du Bangladesh, Chittagong, un des endroits les plus pollué au monde connu sous le nom de l’enfer sur terre, garde au spectacle tout le romantisme exacerbé de ce drame wagnérien de l’errance tout en l’ancrant dans la modernité.

 

Publié le 20/03/2017 Auteur : Françoise Objois

Le Vaisseau Fantôme, Orchestre national de Lille, dir. Eivind Gullberg Jensen

Du 27 mars au 13 avril 2017

Opéra de Lille - Tél.03.62.21.21.21