3624f3e20f79784c84e112ccb974baac083f33d0
F7300388f00376772fc8128f255697bb11e9fa1c
F2c662f0f5165ef142200bf09299af0e780c2127
E31c206998006443a77776d9ccc557195d5373d4
5076a586e3e5d74f7417296cd94468f43d2fb82e
E0f52e9c5bf3359061fd35329b9115a79a24c855
Fermer
théâtre

Rapport de forces au Salon de Théâtre

Cfa80c8545420a2a7f06f645220d234729ab2178
En montant la pièce de Strindberg dans un format naturaliste revendiqué, Jean-Marc Chotteau rend toute sa force à une pièce universelle et très incarnée.

Si c'est par amour du texte que le metteur en scène a choisi cette pièce pour sa création de la saison, son écho avec l'actualité, et l'affirmation nécessaire de la place et de la liberté des femmes, s'avère indéniable. Pour autant, jamais la mise en scène n'accentue ou n'allège le texte originel dont elle conserve toute l'amplitude et la profondeur. Dans un décor qui entend recréer l'époque, ce qui se joue entre la jeune noble venue en cuisine, le valet du comte et sa fiancée la cuisinière dépasse ce simple prisme et la proposition de la Virgule n'entend en rien la restreindre, au contraire. En n'accentuant aucune interprétation, Chotteau préfère faire confiance à son public, laissant ouvert le champ des possibles quant à l'interprétation des motivations de chacun des personnages et de leurs choix. Sur scène, Julie Duquenoy est une Julie tour à tour tentatrice et ravagée, troublante et troublée, passant du charme à la détresse face à un Melki Izzouzi très à l'aise dans la peau d'un Jean plein d'autant d'aplomb et de verve que de doutes et de craintes. Simple et efficace, la scénographie de cette cuisine achève de contribuer à nourrir à une réflexion qui déborde largement l'espace modeste de la petite salle du Salon de Théâtre et du texte de Strindberg. C'est sans doute la meilleure preuve de la pertinence de la mise en scène naturaliste de Jean-Marc Chotteau.

Publié le 24/11/2021 Auteur : Guillaume B.

Mademoiselle Julie, jusqu'au 11 décembre au Salon de Théâtre, 82 boulevard Gambetta à Tourcoing lavirgule.com


Mots clés :