B831930fe606200c41716e4a52d394e55556cd16
95409483ed0edc7d6858877ff3bd88e0fb4dd054
Adeec25831ac96f35f65c1dce7b401365b1c9316
Fd25ff1338128437fc3c95fd7b73640dd1655742
Fermer
cinéma

Quelques heures de printemps

3a7cbb5b8fff400bd39036b5cd6659a2929d01a1

En sortant de prison, Alain, la quarantaine finissante, est contraint d'aller retourner vivre chez sa mère. Veuve, celle-ci a toujours eu du mal à s'entendre avec son fils. Au milieu de cette cohabitation tendue, Alain découvre qu'elle souffre d'un cancer en phase terminale et qu'elle a décidé de se donner la mort avant que la situation ne s'aggrave. Entre l'homme qui peine à se retrouver une place dans le monde et la vieille dame qui tient à choisir la façon dont elle mourra, la tension n'en finit pas de monter.

Quelques heures de printemps n'est pas un film sur la fin de vie. Très présent et très prégnant (parce que sensible) ce sujet ne doit pourtant pas occulter le véritable cœur du film : la relation difficile entre un fils et sa mère. Bien qu'évidemment la maladie et la décision de sa mère transforme les rapports entre un homme bourru et une vieille dame fragile mais décidée, ce qui intéresse le cinéaste, ce sont les non-dits qui pèsent sur les échanges entre les deux. A la façon d'un entomologiste, Brizé se penche au plus près de ses personnages pour saisir leurs moindres gestes, leurs façons – en faisant tout pour s'ignorer ou se disputer – de se dire qu'ils tiennent l'un à l'autre. A ce petit jeu-là, Hélène Vincent et Vincent Lindon s'avèrent très doués, incarnant sobrement deux êtres blessés, fragiles et maladroits. A cette histoire forte s'ajoute un regard sur la fin de vie qui échappe ici à toute passion au profit de la présentation digne et matûre du suicide assisté. Riche en réflexions, Quelques heures de printemps, se garde bien d'y apporter la moindre réponse, se contentant subtilement d'éclairer des questionnements intimes, essentiels et universels.

Publié le 18/09/2012 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma