0f140bad90b0e4b0a6c663ae2ea3ac6ee6b9c0a2
5462b2892aa7e404b08b9f5e8b9ba82ec80b8aff
Dfe0167d8cc115f085323a55733df1e3cf2094e2
3caede179925c6a04adcbd61be45a21ec9198ef8
Fermer
expos

Marisa Merz, simplicité et volumes

Cf08f67bfbdb63268b9323285029a9781d7f7520
Pour l'été, le LaM invite à plonger dans les univers singuliers de Marisa Merz et de Guy Brunet au fil de deux expositions

Rare figure féminine de l'arte povera (courant de l'art italien des années 60 invitant à travailler avec des matériaux ordinaires du quotidien), les œuvres de Marisa Merz investissent pour l'été les salles d'exposition du musée dans un parcours qui se veut à l'image de la démarche de l'artiste. Loin des cartels bavards et des citations devenus les compagnons habituels des visiteurs, chacun est ici laissé seul face aux œuvres déployées dans un accrochage qui emprunte largement à la façon dont l'artiste procédait elle-même. Fidèle aux préceptes de l'arte povera, nourrie de matériaux simples voire bruts, sa quête permanente se déploie du sol aux cimaises : d'entrée, les « testines », fragiles têtes d'argile brut rendent sensible la démarche de l'artiste laquelle ne fait pas de différence entre sa vie et sa recherche artistique. Moins que les œuvres, transitoires et volontairement fragiles du fait de la simplicité des matériaux qui leur donnent vie, c'est bien l'engagement permanent dans un processus créatif qui voit l'artiste habiller sa propre maison de propositions de formes et de formats très variés et proposer à chaque exposition une mise en espace différente.

Broderies de fils métalliques, dessins minutieux, sculptures fragiles ou peintures traversées de silhouettes et de couleurs, Merz n'hésite pas à déborder des disciplines pour sculpter le fil de cuivre, en faire filets ou singuliers tricots de nylon dont elle agence les volumes à son gré pour « écouter l'espace », entremêle sa vie et ses performances et imagine des « azioni povere » (actions pauvres) comme des fantaisies créatives. Visages et silhouettes émergent aussi de ses travaux, l'occasion de rares portraits (dont celui de sa fille Beatrice) ou de représentations à la lisière de l'imagerie religieuse, notamment quand un bleu marial ou le doré évoquant les auréoles des icônes. Avec le temps, et même si l'artiste a toujours souhaité demeuré peu diserte voire silencieuse quant à son travail, un rapprochement avec les figures de la Renaissance se fait ainsi sentir. En s'affranchissant d'une médiation traditionnelle (des fiches avec des repères relatifs aux œuvres sont toutefois disponibles) pour donner à voir les œuvres comme Merz l'envisageait, le parcours proposé par l'exposition confère aux œuvres un écho singulier en phase avec la démarche d'une vie.

Plus loin c'est un autre créateur qui se dévoile. Guy Brunet a passé son enfance baigné dans le cinéma auprès de son père. Très tôt, il dessine des affiches de film en y ajoutant des modifications personnelles et écrit ses propres scenarios modifiant parfois des films existants. Patiemment, Brunet crée alors des reproductions d'acteurs ou réalisateurs célèbres pour les inclure dans des oeuvres qu'il double avec sa voix. Après avoir vécu parmi toutes ses silhouettes dans la demeure familiale, il a du se résoudre à la quitter. Malgré un premier rendez-vous manqué pour cause de covid, l'exposition, en donnant à voir, Le cinéma de Guy Brunet recrée - entre art brut et passion pour le septième art - avec force l'univers foisonnant de l'artiste.

 

Dans le parc, le LaM embrasse la saison sportive estivale pour proposer toute une série d'animations sportives bienfaisantes et abordables à tout âge. Le désormais traditionnel bal fait aussi son retour dans la foulée d'un après-midi créatif ponctué de visites ludiques, de Baraqué, concert-fitness participatif et convivial animé par la Cie l'ours à pied avant de céder les planches à Prieur de la Marne pour un bal que ponctue le feu d'artifice local. Les familles sont invitées tout l'été à prendre part à des temps dédiés aux jeunes spectateurs, des stages ou des visites familiales. La guinguette du parc reste également ouverte pour les beaux jours et les sculptures du parc se découvrent aussi au fil d'une promenade poétique et sonore à télécharger librement. Et tout au long de ce dernier été avant les travaux du musée qui imposeront sa fermeture à la rentrée, ateliers et visites guidées thématiques sont proposées aux visiteurs de tous âges.

Publié le 09/07/2024 Auteur : Guillaume B.

Marisa Merz, écouter l'espace, jusqu'au 22 septembre.

Guy Brunet, le cinéma de mon père, jusqu'au 29 septembre

LaM, allée du Musée à Villeneuve d'Ascq musee-lam.fr


Mots clés : Ete