A63bcc56e50e32867ca2f9b4bc3bf824b4542fb2
Aa17e41d890941c59135fb8b099b07ad704618c2
825f5b4589b9f3cefe821967b4719fcaf811f05c
Dea02efaf8f6b930c4edc7d14649eaf4f0473bd0
Fermer
cinéma

Le procès Goldman

E6091b3cb04f86ce7aa2504ed80172201d3343e5
Pierre Goldman, condamné en première instance à la réclusion à perpétuité, est accusé de vol à main armée, l'un d'entre eux ayant débouché sur un double meurtre. Militant d'extrême gauche, engagé dans la lutte armée, prompt à prendre la parole, Goldman, s'il reconnaît les vols, clame son innocence concernant les meurtres. En novembre 1975, pour ce nouveau procès dans lequel il joue sa vie, il est défendu par le jeune Georges Kiejman, un avocat avec lequel il a cependant du mal à s'entendre.

Si l'épisode est un peu oublié, il y a dans le destin de Pierre Goldman un matière riche dont le cinéma ne s'était pas encore emparé. Plutôt que le traditionnel biopic, Cédric Kahn (et la scénariste Nathalie Hertzberg), au fil d'un dispositif extrêmement maîtrisé, signe un film d'une grande densité. Porté par un casting qui fait mouche en optant pour des figures moins identifiées de l'impeccable Arieh Worthalter au jeu très intense à l'équilibre parfaitement contrôlé de l'intériorité d'Arthur Harari (inattendu et parfait en Georges Kiejman). Kahn s'engouffre dans les brèches ouvertes par le personnage et son procès pour brasser des enjeux historiques et contemporains qui continuent de traverser la France contemporaine. La grande qualité de cet ensemble porté par des choix formels forts (la salle d'audience recréée réunit tous les acteurs) donne naissance à un moment de cinéma trop rare, en ce qu'il éclaire l'histoire en interrogeant l'actualité.

Publié le 26/09/2023 Auteur : Guillaume B.

D'un faits divers, Cédric Kahn tire un film intense, croisement réussi entre exigence formelle et sujets essentiels.

 

Film de Cédric Kahn avec Arieh Worthalter, Arthur Harari, Stéphane Guérin-Tillié, Nicolas Briançon, Aurélien Chaussade. Durée : 1h55.


Mots clés : drame Proces Goldman