741915216c1368d778394620ef19935b087bc66e
C9eba27800671a77ba4051b3cf7de03d53f34dd7
Ee4d59d8a9e5674a12cc29d8c2650cc062771ffc
6faaa836abb8eeeaa2c1999101ef91219dc12a01
Fermer
cinéma

Le nom des gens

39e26a25e73f1f027c7ed7cef8ea98a9e0972592

Arthur Martin est un quadragénaire discret, presque anonyme, qui officie comme ornithologue réputé, spécialiste des autopsies de volatiles trouvés mystérieusement morts et qui inquiètent à l'heure de la pandémie de grippe aviaire. Quand Bahia Benmahmoud l'entend intervenir à la radio, elle ne peut s'empêcher de réagir. Electrique et bondissante, elle défend une méthode de conversion bien à elle : elle couche avec tous les gens de droite pour le convertir à sa cause. Allez savoir pourquoi, en général, ça marche plutôt bien. Marqués, chacun à sa façon par leur histoire familiale, Arthur et Bahia vont pourtant se rapprocher.

Un peu fourre-tout,le film de Michel Leclerc démonte pourtant admirablement la mécanique aussi abrutissante qu'ordinaire qui catalogue les individus à grands coups d'étiquettes forcément réductrices. Derrière deux héros on ne peut plus opposés, il dessine pourtant le paysage chaleureux d'individus différents et qui s'acceptent comme tels. Rafraichissant et dynamisant, le film réussi même à offrir à Sara Forestier un rôle réussi face à un Jacques Gamblin toujours impeccable. En dépit de sa générosité un peu naïve, Le nom des gens échappe à une caricature simpliste pour éclairer joyeusement la diversité. Et c'est tant mieux.

Publié le 23/11/2010 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma