Ef817d4513a5d366ba0126ab3347fd559378af30
Fermer
expos

Le Musée de Picardie retrouve des couleurs

6b4a2da25363b130e85145a227a712e7965eea0e
Après quatre ans de travaux, le musée amiénois, plus convivial et plus accessible, a rouvert ses portes le 1er mars.

 

Construit entre 1855 et 1867, le musée, qui s'appelait alors Musée Napoléon, fut le premier bâtiment construit en dehors de Paris spécifiquement pour abriter des collections d'art. Prototype qui inspira nombre d'édifices, ce bâtiment grandiose et presque intimidant avait besoin de s'adapter aux usages d'aujourd'hui. De plus, le premier étage, qui avait souffert du passage du temps, était fermé au public depuis 2008. L'importante campagne de travaux, qui s'avérait nécessaire, a abouti à une véritable métamorphose.

Le pavillon Maignan et la nouvelle extension © Alice Sidoli

 

Pour pénétrer dans l'institution, le public doit désormais contourner le bâtiment par la rue Puvis de Chavannes pour rejoindre le Pavillon Maignan, qui abrite un vaste accueil et une boutique. Agrémentés d'espaces paysagers, les abords du musée se sont ouverts sur le quartier et devraient devenir avec les beaux jours un agréable parcours de promenade. Autre nouveauté notable, une extension, qui reprend les codes de l'architecture du musée, a permis au musée de se doter d'un auditorium. La chapelle accueille un salon des visiteurs, pour se détendre et échanger après la visite. Enfin, au premier étage, entièrement rénové, les fastueux décors originels, cachés depuis des années sous des couches successives de peinture blanche, ont refait surface. La dynamique équipe du musée a profité de la fermeture complète du musée pour rafraîchir la présentation des collections au sous-sol et au rez-de-chaussée.

Détail du décor de la rotonde de l'impératrice © T. Rambaud - Musée de Picardie

 

Magnifiées dans cet écrin restauré, les œuvres dessinent un large panorama historique et artistique depuis le Paléolithique jusqu'à nos jours, en accordant une grande place à la figure humaine. En filigrane, c'est l'identité de la région picarde qui apparaît. A ne pas manquer au sous-sol, parmi les collections archéologiques, la minuscule, mais si émouvante, Vénus de Renancourt. Découverte en juillet 2019 lors de fouilles réalisées dans le quartier du même nom à Amiens, elle appartient à un ensemble de quinze statuettes en craie datant de 23 000 av. JC. A l'étage, un fragment de tableau a rejoint les Puys d'Amiens, commandés chaque année aux XVIe et XVIIe siècles par la Confrérie Notre-Dame du Puy pour la Cathédrale d'Amiens. Ces grands tableaux feront l'objet d'une exposition inédite à l'automne, en lien avec la célébration des 800 ans de la construction de la cathédrale. Parmi de nombreux autres trésors, le visiteur ne manquera pas de remarquer les toiles d'Albert Maignan, qui légua ses œuvres au Musée de Picardie, et notamment l'impressionnant Les Voix du tocsin, restauré en 2015.

Albert Maignan, Les Voix du tocsin, 1888, Musée de Picardie © F. Arnaud - Fondation Taylor

 

Dans le cadre de cette réouverture, le musée a fait appel au dessinateur de bande-dessinée amiénois Fraco pour l'exposition L'histoire a...musée du Musée de Picardie. Présentés avec des documents d'archives et des œuvres dans la galerie sud, maintenant dédiée aux expositions temporaires, ces dessins retracent avec humour et justesse les grandes étapes de la vie du musée. Couplée avec une programmation riche, familiale et conviviale, l'exposition permettra sans doute aux visiteurs amiénois ou de passage de s'approprier les lieux.

Publié le 10/03/2020 Auteur : Aurore de Carbonnières

 

Musée de Picardie, Amiens, 0-7€, 03 22 97 14 00, www.amiens.fr

L'histoire a...musée du Musée de Picardie, jusqu'au 12 juillet 2020