E34366de7f541aef7cf69761d175f0e8348fa020
C9d5c9e9ca3e0cbfaff4403d537cb109d146b4df
736ae14b66bef22f42592a564098f9de11f24b51
4273051092d27ec33bb16ab4f50f2835837a86a3
4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
A54455c8276529b0e3ae473b98c7def00983a576
9de3759d4b0d5b29e3da83644c3a871ec5bdc4df
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
Efc20ad8ebf63544f9e76beed87be17f10a9855f
3f415fead1e0398d09b54b81d6a165c4fd76f193
Fermer
classique

L'Opéra de Lille, grand ouvert au monde

A9b698f3ee22ec21748912d4485afe839f76ca1a
Toujours appuyé sur autant d'exigence que de cusiosité, la prochaine saison de l'Opéra de Lille promet de beaux voyages musicaux, chorégraphiques et familiaux.

Parmi les opéras à ne pas manquer, en ouverture de saison, Emmanuelle Haïm et Guy Cassiers collaboreront autour de The Indian Queen de Purcell. Un petit clin d'oeil à Eldorado qui n'oublie pas son texte quasi shakespearien. Changement d'ambiance avec un petit tour du côté de George Benjamin et de son Into the little hill avec un livret signé Martin Crimp, forme contemporaine plus modeste (1h) qui revisite Le joueur de flûte d'Hamelin sous le regard de Jacques Osinski pour une proposition moderne... et mordante. L'écriture de Crimp sera aussi présente avec Zauberland (le pays enchanté) en compagnie des notes de Bernard Foccoule venues s'ajouter à celles de Robert Schumann pour un regard sur l'exil. En janvier, place aux Pêcheurs de perles de Bizet mis en scène par le jeune collectif anversois FC Bergman. Début mars, Arthur Lavandier adapte pour Les Noces (variations) l'oeuvre de Mozart dans une version familiale histoire d'ouvrir la maison au plus grand nombre. Ce sera ensuite au tour d'Omar Porras de déployer son talent sur Coronis de Durón, dirigé par Vincent Dumestre. Point d'orgue et rendez-vous devenu incontournable avec le public, c'est le Falstaff de Verdi qui fermera la saison et sera diffusé en live. Denis Podalydès en sera le grand ordonnateur entre inspiration wellesienne et décor hospitalier : rendez-vous en mai 2020 !

Ca bouge aussi du côté de la danse entre l'habitué Christian Rizzo (d'à côté et une maison), la venue de A quiet evening of dance de l'incontournable William Forsythe, le fourmillant panorama pédagogique de 20 danseurs pour le XXème siècle de Boris Charmatz et bien d'autres, toujours en lien avec de nombreux partenaires, que ce soit dans le Next Festival ou les Latitudes Contemporaines. Les mélomanes (et les autes) pourront aussi profiter de la venue du Quatuor Hagen (18 octobre), du concert d'Astrée (autour d'un programme Campra/Rameau/Mondonville) et du passage du pianiste Eric Le Sage, accompagné de Daishin Kashimoto au violon et Claudio Bohórquez au violoncelle. Jalons importants de la saison, les Happy Days (22 septembre, 23-24 novembre, 1er février et 10 mai) restent des moments de rencontre privilégiés pour arpenter autrement les couloirs de la grande maison. Pour le reste, l'Opéra continue de veiller à rester largement ouvert au fil de propositions tous azimuts et de tarifs très réduits. Plus d'excuses pour ne pas y aller !

Publié le 13/06/2019 Auteur : Guillaume B.

 

Opéra de Lille

place du théâtre à Lille

www.opera-lille.fr