A01f0520af447b9485f21c05b8306e85b5d447ab
7a88bca562ae993842f6dd61418d9343a858fde7
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
862f4edea2146e6e57052f09fa8ee38a43b2c017
93d8f0f534d9942f77c79a15caab0d0c9ee8f724
Fermer
expos

Jeanne Thil et ses ailleurs à Calais

6122a60666080f2fe3a11772c2f6d7542b007a42
Après la donation reçue par la ville de Calais de quelques 160 œuvres de Jeanne Thil en 2016, le musée des Beaux-Arts donne à voir le travail d'une artiste du début du XXème siècle marquée par la culture du voyage, entre Afrique et bassin méditerranéen.

 

Reprenant en partie les œuvres de l'artiste présentées dans le cadre de l'exposition Peintures des lointains présentée au Musée du Quai Branly en 2018, le parcours développe la thématique d'un art du voyage, largement dédié à l'illustration et la représentation de territoires et paysages étrangers . Avant le voyage géographique, l'exposition commence par évoquer les voyages historiques de Jeanne Thil, notamment au travers d'oeuvres consacrées à l'illustration de scènes historiques. Pour l'hôtel de ville de sa ville, l'artiste représent ainsi Le dévouement des bourgeois de Calais (1924) faisant déjà preuve d'un sens du décor et de la couleur extrêmement évocateur. Elle décore aussi le prestigieux Royal Picardy au Touquet ou l'université de Lille II dans une scène récemment restaurée.

Ce sont cependant ses expéditions qui nourrissent rapidement sa peinture. Souvent seule avec à peine quelques quelques accessoires et beaucoup de curiosité, elle visite d'abord le bassin méditerranéen dont elle saisit d'abord les images pittoresques et ordinaires représentant une nature colorée et chaleureuse souvent habité de pâtres, commerçants et animaux divers. Déjà sa palette se gorge de tons chauds et solaires pour donner de ces terres lointaines une image enchanteresse.

C'est cependant l'Afrique et le Maghreb qui offrent à Jeanne Thil de quoi s'exprimer pleinement. Lauréate d'une bourse en 1920, elle part à la découverte de la Tunisie et, de Gabès à Sbeïtla en passant par Sousse ou Kasserine. Les couleurs éclatantes et les scènes quotidiennes qu'elles découvrent habiteront son œuvre entière. Presque documentaire parfois, sa peinture fait autant la part belle à une nature contrastée qu'aux habitants qu'elle n'a de cesse de peindre, le plus souvent entourés de vie animale. L'enchantement subtil mais entêtant que délivre son œuvre frappent les esprits et presque naturellement le talent de l'artiste est mis à contribution par les compagnies de transport maritime pour développer leur trafic via le tourisme. Ses tableaux brossent alors de beaux décors d'un empire colonial sur lequel Jeanne Thil semble jeter un regard un brin naïf. Expositions coloniale ou universelle permettent également à l'artiste de signer de vastes images d'un empire chatoyant et prospère au service d'une propagande joyeuse.

Pour clore le parcours, l'exposition invite également à jeter un regard sur les femmes voyageuses de l'époque : Marguerite Delorme, Henriette Damart, Yvonne Mariotte, Thérèse Le Prat et Thérèse Rivière. Exploratrices et artistes à la fois, leurs périples dessinent en creux un regard sur la place des femmes dans la société de l'époque. Une place défendue par Jeanne Thil, artiste sans frontière dont l'art minutieux et la palette chaude continue d'inspirer près d'un siècle après ses premiers voyages.

Publié le 28/07/2020 Auteur : Guillaume B.

 

Peintures des lointains, voyages de Jeanne Thil

Jusqu'au 28 février 2021 au Musée des Beaux-Arts de Calais, 25 rue Richelieu à Calais.

Tél.03.21.46.48.40

www.calais.fr


Mots clés : peinture Afrique Tunisie