A63bcc56e50e32867ca2f9b4bc3bf824b4542fb2
Aa17e41d890941c59135fb8b099b07ad704618c2
825f5b4589b9f3cefe821967b4719fcaf811f05c
Dea02efaf8f6b930c4edc7d14649eaf4f0473bd0
Fermer
classique

Il n’y a pas que les Quatre Saisons dans la vie !

A893d1d1cd54b0846390cd9a5032572076d47ff1
Jean-Claude Malgoire dirige la Grande Écurie et la Chambre du Roy dans Orlando Furioso, le plus célèbre des opéras de Vivaldi.

Quand en 1727, le public découvrait au Teatro Sant’Angelo de Venise l’Orlando Furioso de Vivaldi, directeur de ce même théâtre, il était familiarisé avec les histoires merveilleuses et chevaleresques où la guerre et l’amour tenaient les premiers rôles, comme ce fut le cas avec le Roland Furieux de l’Arioste qui servit de modèle à Grazzio Braccioli, le librettiste d’Orlando. Rappelons qu’au XVIIIe siècle, la notion de genre était plus que floue et que c’est une femme qui chante le rôle d’Orlando alors que celui de Bradamante, amoureuse de Ruggiero, est chanté par un homme. Envoûtement, enchantement, certes, mais aussi folie et chaos pour ce poème épique auquel la musique de Vivaldi, qui fait la part belle au bel canto, et la mise en scène de Christian Schiaretti, donnent toute sa saveur.

 

Publié le 26/03/2017 Auteur : Françoise Objois

 31 mars, 2 et 4 avril 2017. Théâtre municipal de Tourcoing.

Informations et réservations : Atelier Lyrique de Tourcoing, Tél.03.20.70.66.66