E34366de7f541aef7cf69761d175f0e8348fa020
C9d5c9e9ca3e0cbfaff4403d537cb109d146b4df
736ae14b66bef22f42592a564098f9de11f24b51
4273051092d27ec33bb16ab4f50f2835837a86a3
4856b729b90557f85717da10386acd8e0f7c470f
3916e2121adbd0f9ed7213c86cd3e210ba1830b0
A54455c8276529b0e3ae473b98c7def00983a576
9de3759d4b0d5b29e3da83644c3a871ec5bdc4df
D301213cae84eb00f77a7a8181ccae8988855963
6028647d74b22d799dce5686e2348e481d953351
Efc20ad8ebf63544f9e76beed87be17f10a9855f
3f415fead1e0398d09b54b81d6a165c4fd76f193
Fermer
théâtre

Il était une fois Jean-Marie Bigard, à Bourges

7f53790b7b0a85d10ba2c4e3fa203eb6768e027f
Avec lui, c'est simple : soit on l'aime, soit on le déteste, mais, force est de constater, que Jean-Marie Bigard ne laisse personne indifférent.


De sa carrière lancée dans les années 80 à aujourd'hui, l'humoriste a toujours joué la carte de l'humour trash et un brin provocateur. Ces derniers temps, son humour si particulier est montré du doigt, symptomatique d'une époque où la moindre parole est sur-interprétée. Malgré ce contexte tendu, le comique fait feu de tout bois et ne trahit pas l'esprit de ses précédents spectacles. Dans Il était une fois Jean Marie Bigard, son nouveau et dernier one-man show, il opère un savant mélange entre d'anciens sketchs cultes et des nouveaux. Avec toujours la même verve ! Attention, âmes sensibles s'abstenir !

Publié le 10/02/2020 Auteur : Alexis Schuft


Mots clés :