A01f0520af447b9485f21c05b8306e85b5d447ab
7a88bca562ae993842f6dd61418d9343a858fde7
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
862f4edea2146e6e57052f09fa8ee38a43b2c017
93d8f0f534d9942f77c79a15caab0d0c9ee8f724
Fermer
expos

Héritage et modernité marocains

Cd10a142f5706a298bb3bb0ba96a30f1145611ed
L'Institut du monde arabe de Tourcoing vient d'inaugurer « Maroc, une identité moderne ». L'exposition met en lumière un épisode passionnant de l'histoire de l'art marocain : l'invention d'une modernité, dans un pays tout récemment indépendant.

 

Dans le cadre de Lille métropole 2020, Capitale mondiale du design, Françoise Cohen, directrice de l'IMA s'est interrogée sur la place de l'objet issu de l'artisanat traditionnel. Sa réflexion s'est rapidement orientée vers le cas du Maroc, caractérisé par son riche artisanat et représenté par une forte communauté à Tourcoing. Il a finalement été décidé de concentrer le projet sur le travail, peu connu en France, du groupe de Casablanca, qui, dans les années 1960-1970, puisa dans la tradition l'inspiration pour fonder un nouvel art, à la fois typiquement marocain et moderne. A l'origine, ce groupement d'artistes est composé de Farid Belkahia (1934-2014), Mohamed Melehi (1936-) et Mohamed Chabâa (1935-2013), qui se formèrent tous trois dans des grandes villes occidentales et firent le choix de revenir au Maroc pour contribuer à l'essor artistique de leur pays. Autour de Belkahia, directeur de l'Ecole des Beaux-Arts de Casablanca à partir de 1962, un ensemble d'artistes révolutionne l'enseignement artistique, sur le modèle du Bauhaus. Ils défendent un art non figuratif, à vocation sociale, qui renoue avec une tradition picturale préexistante à la colonisation. Le Groupe de Casablanca s'éloigne peu à peu de la forme classique du tableau de chevalet. La fresque, par exemple, apparaît comme un moyen de rendre l'art accessible à tous dans l'espace public. Belkahia, lui, se distingue par ses surprenants reliefs en cuivre martelé et ses œuvres en peau teintée au henné. Le parcours met habilement en parallèle des œuvres du Groupe réalisées entre 1967 et 1980, dont trois seulement sont conservées dans des collections françaises, et de magnifiques objets d'artisanat marocains, principalement berbères, et pour la plupart empruntés au Musée du Quai Branly. Pour prolonger la découverte de ce mouvement, l'IMA a pour la première fois édité un catalogue (18€) et propose une série d'animations autour de l'exposition : concert, tables rondes, ateliers et siestes musicales au cœur même de l'exposition.

 

Publié le 28/02/2020 Auteur : Aurore de Carbonnières

 

Maroc, une identité moderne, jusqu'au 14 juin 2020, 0-3€, Institut du monde arabe, Tourcoing, ima-tourcoing.fr

 

Mohamed Melehi, Composition, 1971, collection particulière