C18f7cd89518203d0a63fd3ff3bb6e7ba3e1d98b
5a06e5f55be841b8577b9befd5ba8807db80d432
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
862f4edea2146e6e57052f09fa8ee38a43b2c017
93d8f0f534d9942f77c79a15caab0d0c9ee8f724
Fermer
cinéma

Des gens qui s'embrassent

6f89e0996241036c6f4769cff4b1c87d0be81624

Zef est musicien et réputé. Il est aussi très religieux, un peu austère et tout le contraire de Roni, son frère, bon-vivant, dépensier et bijoutier plutôt riche. Leurs deux filles s'adorent et quand la femme de Zef meurt au moment du mariage du Melita, la fille de Roni, ce dernier est obligé d'accueillir son frère. Dans le train qui la conduit à l'enterrement de sa mère, Noga croise un homme dont elle tombe aussitôt amoureuse, ignorante alors qu'il est le futur époux de sa sœur. Frères et cousines vont dès lors jouer un jeu de cache-cache sentimental dans l'ombre d'Aron, grand-père dont la mémoire flanche mais dont la fantaisie demeure intacte.

Dans le sillage d'une filmographie pour le moins chorale, Danièle Thompson évoque donc les divergences familiales et la difficulté à vivre avec et auprès des gens du même sang. Postulat plutôt convenu donc, passé à la moulinette d'un traitement inégal et maladroit qui tente de mêler le sentimental, l'humour et le sérieux finit par s'empêtrer dans une succession d'épisodes inégaux, mal agencés et assez ennuyeux. Du casting pléthorique qui compose cette mosaïque familiale, seul Ivry Gitlis, en papi fantasque tire quelque peu son épingle d'un jeu bien confus.

Publié le 10/04/2013 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma