90867d85a78f2291e6fac671eae2d826308164b3
A4b120116e7963b7d513faf66583f54e084b720b
Ebd51544d638a575a8cfc6b5b3ca29fe29c55b85
7863c174e0b59704e890663c8be9d055eec59160
8b83cc2370e6dd5d57d2dc812a0e8051092fc5df
98bea1b052f746e078016438cc88d0fcdd3f0cc0
Fermer
expos

Danser brut : l'art du mouvement

Cd4a5593ff1d1186f37ccea53d7898c7edd43eb0
La nouvelle exposition du LaM se penche sur l'influence des expressions corporelles dans l'art brut, sujet peu étudié jusqu'alors, et plus largement dans le cinéma, la photographie, la musique et l'art contemporain.

 

L'art brut, qui occupe une place importante dans les collections du LaM, recouvre, selon Jean Dubuffet, des œuvres produites par des personnes étrangères à une culture artistique traditionnelle, et qui créent librement, sans subir son influence : personnes handicapées ou malades psychiatriques, prisonniers, autodidactes, marginaux... Ici, nulle histoire de la danse, et encore moins d'évocation de ballet ou autre chorégraphie impeccablement réalisée. Danser brut parle de rondes enfantines, de transe, de modernité. Les mouvements se font hystériques, saccadés, libres, à l'image des pantomimes de la danseuse allemande Valeska Gert, dont une des prestations ouvre le parcours. La plupart de ces gestes oscillent d'ailleurs à la frontière entre danse et gesticulations burlesques, incongrues. Le dessin lui-même apparaît comme une danse du crayon, tout particulièrement dans les œuvres de Vaslav Nijinski, célèbre chorégraphe des ballets russes, qui abandonna la danse en 1917. Un parcours à la fois instructif et plaisant, mais aussi dense et relativement complexe, qu'une visite guidée ne manquera pas d'éclairer.

Publié le 11/10/2018 Auteur : Aurore de Carbonnières

 

Danser brut, jusqu'au 6 janvier 2019, visite guidée tous les samedis à 16h et les dimanches (sauf le 3e du mois) à 15h, 0-10€, LaM, Villeneuve d'Ascq, www.musee-lam.fr