A01f0520af447b9485f21c05b8306e85b5d447ab
7a88bca562ae993842f6dd61418d9343a858fde7
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
862f4edea2146e6e57052f09fa8ee38a43b2c017
93d8f0f534d9942f77c79a15caab0d0c9ee8f724
Fermer
expos

Culture & physique

2bdffbb35d76b580a6e6c3c4a2fe23530dc60215
Au fil d'un parcours éclectique et un brin dispersé, Sportfoto s'attache à réconcilier le sport et la culture en déclinant une vaste sélection d'images à la confluence de l'exercice physique et de l'art.

Le parcours automnal concocté par Lille3000 pour ce dernier trimestre 2018 se la joue collectif. Pas ici de grand accrochage et de propositions satellites mais un ensemble d'expositions toutes liées entre elles par un fil rouge : raconter des moments, individuels ou collectifs. Au Tri Postal, le ballon rond est roi, à commencer par l'étrange ballon utilisé dans le Lelo, sport unique joué une fois l'an entre deux villages géorgiens et que Cristina Aldehuela et Jordi Perdigo sont allés capter dans des images noir et blanc terriblement évocatrices... et singulières. Inévitable, la récente Coupe du Monde est retracée grâce aux images des photographes de l'AFP, tandis que le périple de 1998 est abordé au travers de clichés méconnus de Stéphane Meunier dévoilant des moments de détente loin des images archidiffusées. Derrière les paillettes, Ken Grant photographie les Scousers de Liverpool pour qui le football est un rendez-vous immanquable, Harald Hauswald plonge dans l'histoire du FC Union de Berlin et Segey Novikov montre le foot amateur russe. Egalement à l'honneur, le club lillois du LOSC voit son parcours retracé au fil de trois époques de son histoire (les débuts, 2011 et aujourd'hui). Star de l'accrochage, outre les deux portraits de Gérard Rancinan (Sergueï Bubka et Hale Gebreselassie), c'est toutefois Bob Martin, célèbre photographe sportif, habitué des grands évènements qui se taille la part du lion : des clichés graphiques, signifiants et cadrés avec grand soin qui dépassent les moments qu'ils captent. Un hommage qui se prolonge aussi dans l'atrium du Palais des Beaux-Arts.

Quelques pas plus loin, la série de Simone Perolari met en lumière une corporation discrète mais indispensable à la pratique sportive : les arbitres. Photographiés avec un instrument typique de leur métier, ils s'affichent dans la cour intérieure de la Vieille Bourse. L'Hospice Comtesse, pour sa part, est l'écrin d'une exposition dédiée aux sports de combat. Dans le sillage des portraits de combattants captés par Laurent Gudin, Denis Rouvre, Elodie Valentin ou Samuel Lebon. Loin du spectaculaire, leurs objectifs saisissent les corps et les visages avec un sens certain du dépouillement et de la mise à nu. Inévitable dans le registre, le légendaire boxeur Mohamed Ali bénéficie d'un accrochage dédié avec des photos tirés du célèbre Sports Illustrated, juste à côté de la projection continue du superbe documentaire When we were kings.

 

Changement de braquet à la Gare Saint-Sauveur où jeux olympiques et cyclisme sont à l'honneur. Sous un angle presque intime, Vélolavie de Xavier Lambours décale le regard sur le cyclisme, montrant les sportifs et ceux qui les suivent. Les coulisses plutôt que les moments attendus. Les accrocs du vélo plutôt que les champions. Une démarche qui rejoint presque celle de Jef Geys dans Le tour de France 1969 d'Eddy Merckx : série photographique dans le sillage de l'évènement moins que du héros et dans celui des gens moins que de l'évènement. Le sport le cède presque à la sociologie, comme dans Paris 1924, proposition étonnante qui donne à voir les JO d'il y a un siècle, à la fois suranné et porteur de ce qu'est aujourd'hui devenu l'évènement et que dévoile Best of Rio consacré aux JO de 2016. Photofinish propose, pour sa part, un regard sur les moyens de départager les coureurs et les clichés que le procédé génère, à la confluence de l'utilitaire et de l'artistique.

Autre incontournable du rendez-vous Sportfoto, Champions en devenir du portraitiste Pauce offre une plongée dans le sport lillois en déclinant des portraits de groupe de membres de clubs sportifs lillois de tous horizons, des enfants de tous âges y posent avec une fierté palpable repris en partie au Tri Postal, des tirages grands formats de ces portraits parsèment également la ville de Lille comme pour rendre sensible cet engagement sportif pas toujours visible ou palpable.

Publié le 11/09/2018 Auteur : Guillaume B.

Sportfoto

Jusqu'au 4 novembre au Tri Postal, à la Vieille Bourse, à l'Hospice Comtesse, au Palais des Beaux-Arts et à la Gare Saint-Sauveur

http://www.lille3000.eu/portail/evenements/sportfoto