B831930fe606200c41716e4a52d394e55556cd16
95409483ed0edc7d6858877ff3bd88e0fb4dd054
Adeec25831ac96f35f65c1dce7b401365b1c9316
Fd25ff1338128437fc3c95fd7b73640dd1655742
Fermer
théâtre

C’est quoi le problème ?

25dc074dc48a353089bafd54dae21da6054c2f08

Un problème de famille, de séparation, d’amour qui s’effiloche… Première pièce de François Bégaudeau 

Côté texte, on était en droit d’attendre mieux de la part de François Bégaudeau - coscénariste et interprète du film à succès « Entre les murs », Palme d’or à Cannes en 2008. Mais voilà, le théâtre n’est pas le cinéma. A force de vouloir coller au réel on se retrouve ici devant une pièce qui ressemble plus à une émission de téléréalité et l’on se dit ; à quoi bon ?. A partir d’une intrigue squelettique, une femme Annie (Emmanuelle Devos) vient d’annoncer par lettre à son mari (Jacques Bonnaffé) qu’elle le quitte pour vivre avec l’homme qu’elle aime et avec qui elle travaille. Ses enfants, deux grands adolescents, Julie (Anaïs Demoustier) et Adam (Alexandre Lecroc) sont dans l’appartement et préparent une salade pour un dîner qui aurait pu être familial... La pièce bâtie sur les réactions de chacun est heureusement sauvée par la qualité des comédiens qui savent tirer le maximum d’une situation stéréotypée où le tragique est exclu mais pas l’humour. Quant à Arnaud Meunier, il aurait pu dans sa mise en scène nous épargner ces longs silences et ce rythme lent qui étire le temps plus qu’il ne le faudrait.
A partir de quand la banalité quotidienne devient-elle du théâtre ?
Quand les acteurs s’en emparent et se font passeurs d’émotion.

Jacques Bonnaffé, l’homme quitté qui reste une heure scotché sur son grand canapé blanc de bobo branché avec en fond une cuisine à l’américaine est très émouvant dans l’expression de cet abattement qui le réduit à néant au point de ne pas se lever avant la fin de la pièce, comme tétanisé par la douleur. Peu convaincante dans le rôle d’Annie, la femme qui part, Emmanuelle Devos semble de pas être complètement dans son rôle et c’est Adam, le fils et Julie, la fille qui tirent le mieux leur épingle du jeu. Alexandre Lecroc campe un fils révolté et furibard qui n'accepte pas cette situation imposée tandis qu'Anaïs Demoustier, sa sœur, plus détachée, arrive à prendre du recul sans juger et à souhaiter à sa mère d’être heureuse… 

Publié le 10/01/2011 Auteur : Françoise Objois

Du 6 au 16 janvier 2011. Théâtre du Nord. Tél. 03.20.14.24.24.

http://www.theatredunord.fr/Public/accueil.php 


Mots clés : théâtre