C18f7cd89518203d0a63fd3ff3bb6e7ba3e1d98b
5a06e5f55be841b8577b9befd5ba8807db80d432
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
862f4edea2146e6e57052f09fa8ee38a43b2c017
93d8f0f534d9942f77c79a15caab0d0c9ee8f724
Fermer
concerts

Beechwood

9df72ef50124d91ef03e1794da6c65a341f901b3
Convoquant toute la mythologie rock’n’roll de New York, Beechwood mène sa propre odyssée à hauteur de caniveau. C’est beau une ville dans le bruit.

On aurait pu croiser Beechwood dans une hypothétique saison 2 de la série Vinyl de Martin Scorsese. A l’intersection de la New York Dolls avenue, de la tour Television, du bloc Heartbreakers et de l’impasse Dead Boys, Beechwood choisit de traverser en dehors des clous. Du proto-punk, du garage, du psychédélisme, de la power-pop au garrot. On gonfle les veines plus que les muscles. Nerfs à vif et mental en vrac, la lose comme projet professionnel et l’urgence comme coach de vie. Un exemple à ne pas suivre mais une balistique remarquable. En plein cœur évidemment avec force éclats, miettes et détritus. Une musique pas forcément rétrograde mais l’oraison funèbre d’une jeunesse gâchée qui voit défiler toutes ces vies brûlées par d’autres. Des soldats perdus sur le champ d’honneur du rock. Ni fleur ni couronne mais de sacrées gerbes.

 

Publié le 23/09/2022 Auteur : Bertrand Lanciaux

Mercredi 28 septembre, 20h, 5-10€
Aéronef
168 Av. Willy Brandt,Lille
www.aeronef.fr

 


Mots clés : rock