4be27a60cb76563f276e5382217deb426ced0dbb
54bd405890a7d59fc52e192f55a7b7ba415b5ea7
Fermer
expos

Arche flamande à Cassel

Ab6d6b2c069f08fff5cc8a5ab983f2481ef7b671
Dans la foulée des grandes explorations scientifiques de la Renaissance, le règne animal, d'exotique, est peu à peu devenu familier. Ce long et lent processus fût rendu possible notamment par le travail des peintres flamands qui ont été les premiers à s'emparer du sujet. Ce cheminement artistique, la nouvelle exposition du Musée de Flandre le relate superbement.

Jusqu'alors relégué au rang de simple symbole dans la peinture, l'animal devient au XVIIème siècle un sujet de tableau à part entière. Au fil d'un parcours chronologique, l'exposition dévoile le cheminement accompli par les peintres flamands en commençant par Roelandt Savery qui le premier fit une place à l'animal dans ses représentations de paradis terrestres. Entre mythe et réalité, le peintre juxtapose le familier et l'exotique. Le peintre découvre la variété du monde animal dans les cours d'Europe et en retranscrit le foisonnement dans des tableaux minutieux à défaut d'être réalistes et qui frappent par leur sens du détail. Jan Brueghel a pour sa part exploré de nombreux styles de peintures. Quand il s'intéresse au vivant, c'est surtout par le biais religieux du paradis, mais il produit aussi des scènes de chasse ou diverses études approfondies autour de la représentation animale.

 

Son confrère Jan Van Kessel se fera justement une spécialité de représentation quasiment encyclopédique d'animaux de tous types y compris les plus petits. Ses travaux autour des insectes ou de compositions mêlant animaux de toute taille restent saisissants d'acuité. C'est toutefois avec Frans Snyders, que la peinture animalière acquiert ses lettres de noblesse. Au fil de compositions complexes et riches, de scènes de marché en dépiction de fables, il approfondit un art consommé de la représentation animale, du gibier des étals jusqu'aux créatures les plus variées.

 

Chez Jan Fyt, au-delà des natures mortes ou des stands de marché, la peinture se fait encore plus naturaliste et plus précise. Sujet à part entière, l'animal y est figuré avec une profonde impression de réalisme, souvent mise au service d'une œuvre plus générale dans laquelle le décor n'est qu'annexe pour l'artiste. La méticulosité virtuose avec laquelle il peint les pelages transmettant un incroyable sentiment de vie.

 

Alors qu'Adriaen Van Utrecht et Peeter Boel prolongent l'approche très détaillée de Jan Fyt, pour Paul De Vos, les animaux deviennent des supports lyriques de vastes tableaux de chasse ou de combat. Le peintre sera même amené à travailler avec Rubens lui-même capable d'oeuvres animalières puissantes comme la petite esquisse présentée dans l'exposition. Au fil d'un parcours admirablement conçu pour faire pénétrer progressivement dans la peinture animalière de ces maîtres, le parcours se révèle également très pédagogique et coloré, se déployant avec intelligence à travers presque toutes les salles d'un musée qui se révèle un parfait écrin pour l'exposition.

 

Publié le 24/11/2016 Auteur : Guillaume B.

 

L'Odyssée des animaux

 

Jusqu'au 22 janvier 2017 au Musée de Flandre, 26 Grand'Place à Cassel

 

http://museedeflandre.lenord.fr

 

Tél.03.59.73.45.59