7bbba8d65b8b079e4140e0c30037a1b0fedb31da
6cb85f3bb2bb9a42c46fb8b44d61086f85c21293
6d6da02717f0a28f1faffd3b28d09967a8ef7658
58fd4ea9aa97f35521ebeae7f184d75ad723d92b
9f93f7dd41d2a6eae583230a8299d42aa90bf450
A476524fc5ca0904d3d7079d8009b4f150d109d0
Fermer
concerts

Antibalas

1609c4c59cd414cf18b07fc0934ff8b5636fa19e
En grande et pleine forme, le collectif de Brooklyn Antibalas redonne du tonus à l’afrobeat. Une réplique, pas un décalque. Tellurique.

Un quart de siècle après le décès de Fela, l’afro-beat se porte bien. Au-delà de la franchise familiale Kuti, depuis son berceau nigérian, le genre a essaimé à travers la planète. Un peu comme le reggae, l’afro-beat rencontre un certain succès en Occident, suscitant même des vocations locales. Antibalas sont de ces amoureux de cette musique de danse et de contestation. Parfois jusqu’à douze musiciens sur scène, ils réinjectent dans le genre l’énergie et la fusion des pionniers. Au-delà du revival, Antibalas perpétue le combat politique et muscle son propos musical en assumant pleinement le creuset new-yorkais. Antibalas dépasse l’exercice de style par une maitrise instrumentale bluffante leur permettant de s’offrir bien des libertés. Régénérant.

 

Publié le 09/05/2022 Auteur : Bertrand Lanciaux

Samedi 14 mai, 20h, 6-16€
Le Grand Mix
Place Notre Dame, Tourcoing
www.legrandmix.com

 

 

 

 


Mots clés : afrobeat