C18f7cd89518203d0a63fd3ff3bb6e7ba3e1d98b
5a06e5f55be841b8577b9befd5ba8807db80d432
E26579ad9f0fafeea70194a8dce99e027c8250f7
E584396620acd743d0dc8a9d39876aea3e6fd0a8
E2ac88397a7f2b7d31fc5e2d825f691b7728486e
1c36270985b2f4e942bae1d2451558fb6a253103
76dacc0202d18f0de3a120440b1b7110cc13c3f6
C29a776b619fc91350f3d8b529578915fb44c2a7
Fermer
cinéma

Agathe Cléry

45a81446d11ad86c584cee317d4c885d1f90d731

Agathe Cléry a tout pour elle : un poste à responsabilité dans une grande entreprise de cosmétiques, un amoureux, un bel appartement et des amis fidèles. Seule ombre au tableau, elle est aussi « un peu » raciste. Tout va donc pour le mieux jusqu'à ce qu'elle se découvre atteinte d'un mal rarissime (et néanmoins tout ce qu'il y a de plus réel) : la maladie d'Addison. Petit à petit, la pâle Agathe Cléry va noircir jusqu'à ressembler à s'y méprendre à ceux qu'elle déteste tant. Débute pour elle un long chemin de croix à la découverte de l'envers du décor... et de l'amour.

Empruntant autant à la fable qu'à la comédie pure et dure, le film d'Etienne Chatilliez se frotte à un genre délicat : la comédie musicale. Jalonnant le périple de son personnage d'intermèdes chantés et dansés, le film tente donc de s'attaquer au racisme... en riant. S'il faut reconnaître que Valérie Lemercier s'avère assez irrésistible en blanche bon teint prise à son propre piège (voir la scène de danse, clin d'oeil à Michaël Jackson), le reste du film tend à s'embourber dans des scènes sans originalité (même les passages de comédie musicale restent assez plats) déroulant les poncifs d'une critique du racisme guère emballante. Il y avait pourtant matière à dire et à rire autour de cette humiliation ordinaire, malheureusement Chatilliez semble avoir ici abdiqué une bonne partie de son ton d'une pertinence aussi drôle qu'acide. Dommage, le sujet méritait sans doute mieux qu'une comédie poussive, même portée par une comédienne redoutablement efficace.

Publié le 02/12/2008 Auteur : Guillaume B.


Mots clés : cinéma